IMG-LOGO
Accueil Article A quelques heures de l’entrée en lice des panthères : La presse sportive gabonaise et les panthernautes toujours bloqués à l’aéroport de Libreville
Sport

A quelques heures de l’entrée en lice des panthères : La presse sportive gabonaise et les panthernautes toujours bloqués à l’aéroport de Libreville

IMG Les panthernautes toujours bloqués à l'aéroport de Libreville.

 

Droit vers la débâcle c’est de la sorte que l’on pourrait titrer l’expédition en terre camerounaise de l’équipe nationale des Panthères. Entre revendications pour le paiement des primes, virés nocturnes de certains cadres,   joueurs infectés par la Covid-19, refus de l’hôtel affrété, boycott des séances d’entraînement…plus rien ne va alors que l’équipe nationale du Gabon fait son entrée  en lice dans la compétition, ce lundi 10 janvier, contre Les Comores.

 

Et comme si cela ne suffisait pas,  la bande à Pierre Aubameyang pourrait ne pas compter sur le soutien de leurs inconditionnels supporters (les panthernautes) et les journalistes gabonais retenus pour la CAN. Ces derniers sont  toujours bloqués à l’aéroport de Libreville,  ce alors qu’un avion a été affrété pour qu’ils regagnent Yaoundé au Cameroun.

 

D’après de nombreuses sources contactées par la rédaction de Top Infos Gabon, ce blocage émanerait du ministre des Sports, Franck Nguema. Le ministre évoque l’absence d’un budget pour la prise en charge des journalistes sportifs et du club des supporters.  Une raison qui ne tient pas, rétorquent   nos sources ;  « le budget pour la prise en charge des panthernautes et des journalistes sportifs gabonais a été bien décaissé. D’ailleurs les responsables de l’Office ont depuis donné leur accord pour que l’avion décolle. Celui qui bloque c’est Monsieur Franck Nguema. Il parle d’une absence  de budget. C’est totalement faux puisque l’hôtel où devaient loger les panthères a été mis à la disposition pour les journalistes et les panthernautes. » Chaud devant.  

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires