IMG-LOGO
Accueil Article Affaire de détournement de véhicules à l’UOB : Nkea Nzigue tout ce bruit pour ça ?
Politique

Affaire de détournement de véhicules à l’UOB : Nkea Nzigue tout ce bruit pour ça ?

par BITOLI Valérie - 04 Nov 2020, 14:07 523 Vues 0 Commentaires
IMG Francis Nkea  Ndzigue ministre de La Bonne gouvernance.

 Certains véhicules prétendument détournés par l’ancienne administration  de l’université Omar Bongo  conduite par le Pr Marc Louis Ropivia viennent d’être restitués à l’actuelle équipe rectorale. Une opération qui a eu lieu loin des regards indiscrets de la presse, sans discours tapageurs, donnant l’impression que « l’opération main propre » déclenchée par le ministre de La Bonne gouvernance,  Francis Nkea  Ndzigue, se soit finalement soldée par un échec.  Une impression d’autant plus  renforcée par l’inertie qui entoure la suite des poursuites judiciaires déclenchées par le ministre en l’encontre les hauts responsables de l’UOB dans l’affaire de la gestion financière et matérielle de cet établissement supérieur.

 

Pour rappel, en juillet 2020, le ministre de  La Bonne gouvernance avait saisi le procureur près le tribunal de Libreville pour l’ouverture d’une enquête sur des soupçons de corruption, d’enrichissement illicite et de détournement de deniers publics autours des années 2014-2015.

 

A la suite de cette plainte, Marc Louis Ropivia (ancien Recteur),  Dieudonné Robert Obanga (ancien Secrétaire général),  Jacqueline Motto Ossou ( ancienne chargée des finances),  Raissa Kogou ( gestionnaire comptable) ,  Jean Claude James (Doyen des Facultés de droit et des sciences économiques), Véronique Mavoungou ( Doyenne des Facultés des Lettres et des Sciences humaines),  Pamphile Mebiame Akono ( ancien directeur du département des sciences de l’information et de la communication), Pierre Willy Loundou ( directeur du département  d’Anglais) et beaucoup d’autres vont être,  les uns après les autres, auditionnés par les agents de la police judiciaire.

 

Après les auditions plusieurs personnalités seront sommées de mettre à la disposition de la Police judiciaire leurs véhicules de service.  Le ministre en charge de la Bonne gouvernance va même affirmer que les enquêteurs ont retrouvé entre les mains du recteur et d’autres responsables, 22 véhicules qu’ils avaient déjà  dissimulé et lesdits véhicules se retrouvent désormais  entre les mains de la police judiciaire, section financière ». Sauf que quatre mois après ces accusations graves  aucun des prétendus responsables  n’a été inquiété. Dans un pays sérieux,  le ministre  Nkea Nzigue aurait depuis  tiré toutes les conséquences  d’un tel désaveu en posant sa démission.

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires