IMG-LOGO
Accueil Article Appel à Agir : « la vacance de la Présidence de la République s’impose à notre pays … »
Politique

Appel à Agir : « la vacance de la Présidence de la République s’impose à notre pays … »

par BITOLI Valérie - 28 Feb 2020, 14:45 160 Vues 0 Commentaires
IMG Un an après, les Dix persistent, il faut déclarer la vacance de pouvoir.

Un an après sa mise en place, le Collectif Appel à agir ne cesse de demander la déclaration de la vacance de pouvoir au sommet de l’Etat afin d’éviter un possible chaos.

Ils ne comptent pas se taire devant la  descente progressive du pays vers la dérive.  Un an après la mise en place  du  collectif  Appel à Agir, 28 février 2019, Placide  Aubiang Nzeh, Noël Boundzanga,  Franck Ndjimbi,  Elza Ricthuelle Boukandou,  Nicolas Nguema, Edgard Owono Ndong,  Marc Ona  Essangui, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi,  Ange Kevin Nzigou et Dr Minault  Zima Ebayard interrogent toujours sur qui dirige le Gabon après l’Accident vasculaire cérébral ( AVC) d’Ali Bongo. 

 

Un an après cette interrogation profonde, il n’y a toujours pas de réponse. Pire, relève le Collectif,  l’imposture s’est progressivement installée au vu et au su de tous.  Les tenants du pouvoir d’Etat ont plutôt fait le choix de la conservation du pouvoir à tout prix. Si le collectif ne cite pas les noms de ces hommes et femmes qui ont fait le choix du déni et de la compromission, l’opinion a vite compris que les membres d’Appel à agir indexent Marie Madeleine Mborantsuo en tant que présidente de la Cour constitutionnel, Lucie Milebou, la présidente du Senat,  Faustin Boukoubi à la tête de l’Assemblée nationale et du  chef du gouvernement, Julien Nkoghé Bekalé.

 

La conséquence de ce déni est connue de tous : « les  fondements de la République ont été éprouvés les  uns après les autres comme jamais. Alors qu’en République ce sont les institutions qui détiennent le pouvoir d’Etat et ont seul compétence pour l’exercer, des fonctionnaires se sont notoirement emparés de la direction du pays avec la complicité effective du gouvernement, du parlement et de la Cour constitutionnelle » soulignent Jean Gaspard Ntoutoume Ayi et les siens.  L’imposture s’est étendue  à travers la reconduction par vidéo, depuis Rabat au Maroc, des principaux collaborateurs du président de la République, la nomination dans les mêmes conditions du Premier ministre et de son gouvernement, poursuivent les membres de la plate forme.

 

Que faire pour sortir le pays de ce bourbier ?

 

Le Collectif persiste et signe, la seule solution à cette crise demeure la déclaration de la vacance de pouvoir de la présidence de la République. Laquelle vacance s’impose à notre pays et que ni les menaces à l’endroit des citoyens qui la demandent en toute responsabilité, ni les postures opportunistes de ceux et celles qui proclament le contraire ne changeront cette réalité, indiquent les dix.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires