IMG-LOGO
Accueil Article Arrestation du directeur de publication du Diagnostic : Le Collectif des journalistes libres demande sa libération
Société

Arrestation du directeur de publication du Diagnostic : Le Collectif des journalistes libres demande sa libération

par BITOLI Valérie - 02 Jan 2020, 19:55 431 Vues 0 Commentaires
IMG Les membres du Collectif.

Après la déclaration de l’Organisation patronale des médias (Opam) le tour est revenu, cet après-midi, au Collectif des journalistes libres d’exiger la libération sans condition du directeur de publication du journal le Diagnostic.

Ils ne peuvent accepter sans rien dire, une nouvelle violation de la liberté de la presse dans le pays. A la faveur d’une déclaration donnée cette après-midi, le  Collectif des journalistes libres a exigé la libération sans condition de Bertin Ngoua Edou. Le directeur de publication du bimensuel le Diagnostic est détenu dans les geôles de la Direction générale de recherche (DGR) depuis le 3O décembre dernier pour des accusations de « diffusion de fausses nouvelles ».  

 

Si le Collectif ne nie pas à René Ndemezo’o Obiang  le droit de se plaindre du contenu  peut-être diffamatoire d’un article de presse, il invite cependant le président du Conseil économique social et environnemental (CESE) à user des dispositions prévues par le Code de la communication en la matière. Un droit de réponse ou une plainte auprès de la Haute Autorité de la communication (HAC) aurait évité au Gabon un autre scandale dans le chapitre des violences faites à l’endroit des journalistes.  Ce d’autant plus que le directeur de publication du bimensuel Diagnostic aurait été victime d’une  ruse  tendue par le Ndemezo’o Obiang. Invité à se rendre au siège du CESE, Bertin Ngoua Edou va être saisi dans les locaux de l’institution  par les éléments de la DGR.  Un  acte qui relève du voyoutisme organisé.

 

Mais de quoi René Ndemezo’o Obiang a-t-il si peur ?

 

La réponse est à rechercher dans le contenu de l’article incriminé.  Dans un contexte politique marqué par la série d’arrestations des membres de la galaxie BLA, le bimensuel va révéler que l’actuel président du CESE aurait reçu trois véhicules de marques PRADO et près de 800 millions de Fcfa de la part de l’ancien directeur de cabinet d’Ali Bongo aujourd’hui à la prison centrale de Gros-bouquet.   Voilà ce qui vaut au confrère les foudres du natif de Bitam.

 

 

 

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires