IMG-LOGO
Accueil Article Aurélie Ntoutoume aux arrêts : les révélations sur les détournements
Politique

Aurélie Ntoutoume aux arrêts : les révélations sur les détournements

par BITOLI Valérie - 17 Jan 2020, 09:48 209 Vues 0 Commentaires
IMG Aurélie Ntoutoume Obame engluée dans de vastes malversations financières.

Aurélie Ntoutoume Obame va être présentée aujourd’hui devant les magistrats pour répondre des actes de malversations financières dans les chantiers du secteur Education.

Arrêtée le 13 janvier dernier par les éléments de la Direction générale de recherches (DGR), Aurélie Ntoutoume Obame, l’actuelle Secrétaire générale du ministère des Travaux publics sera présentée aujourd’hui au Palais de justice de Libreville afin d’être fixée sur les accusations de malversations financières qui pèsent sur elle. D’après le journal l’Union, il est reproché à cette proche de l’actuel Premier ministre, Julien Nkoghé Bekalé, des détournements de fonds publics dans les marchés attribués au ministère de l’Education nationale en 2010.

 

A cette époque, poursuit le quotidien pro gouvernemental, le président Ali Bongo lance plusieurs projets de réhabilitation et de modernisation des lycées et collèges, la construction d’un nouvel amphithéâtre et la réfection des voiries urbaines à l’Université Omar Bongo (UOB). Seulement voilà, à cette époque le ministre de tutelle n’est autre que Séraphin Moundounga qui va décider, en violation flagrante de toutes les procédures d’attribution de marchés publics au Gabon, d’attribuer lesdits marchés aux sociétés appartenant à Aurélie Ntoutoume, avec qui le ministre aurait un enfant. Scandale !

 

L’Union révèle qu’à cet effet, le ministre de l’époque a instruit au directeur général du Patrimoine et des équipements du ministère de l’Education nationale d’alors, Mouango Bounguenza de prendre attache avec sa concubine afin de lui attribuer, de gré à gré, plusieurs marchés. Conséquence, Aurélie Ntoutoume aurait reçu en toute illégalité, près de 8 milliards de Fcfa pour des travaux. Pire, poursuit le journal, sans jamais se rendre sur les différents chantiers qu’il devait pourtant contrôler, Mouango Bounguenza aurait certifié « service fait » et délivré des vrais faux PV de réception des travaux et valider les paiements à Mme Ntoutoume Obame qui aurait perçu au passage la quasi totalité des montants desdits travaux. 

 

Après vérifications, les successeurs de l’ancien directeur général du Patrimoine et des équipements du ministère de l’Education nationale vont se rendre compte que les travaux n’ont pas été réalisés. Les aires de jeux du lycée de Lastoursville n’ont jamais vu le jour, à l’Université Omar Bongo, les amphithéâtres, salles de classe et les voiries urbaines n’ont jamais été réalisés.

 

Le racket des entreprises

 

La fille de l’ancien Maire de Libreville, Lubin Martial Ntoutoume est en outre poursuivie pour des faits de rackets auprès des sociétés de BTP. Le quotidien l’Union souligne qu’Aurélie Ntoutoume aurait profité de son poste de Sécrétaire général du ministère des TP pour extorquer à la société Sinohydro le reversement de 400 millions de Fcfa au titre de rétrocommissions, ce pour un marché de réhabilitation de la route Bambouchine. En plus des sociétés Sobea, SERG à qui elle aurait exigé de l’argent pour la confection de tee-shirt lors du lancement du projet graine par le Groupe Ol

Arrêtée le 13 janvier dernier par les éléments de la Direction générale de recherches (DGR), Aurélie Ntoutoume Obame, l’actuelle Secrétaire générale du ministère des Travaux publics sera présentée aujourd’hui au Palais de justice de Libreville afin d’être fixée sur les accusations de malversations financières qui pèsent sur elle. D’après le journal l’Union, il est reproché à cette proche de l’actuel Premier ministre, Julien Nkoghé Bekalé, des détournements de fonds publics dans les marchés attribués au ministère de l’Education nationale en 2010.

 

A cette époque, poursuit le quotidien pro gouvernemental, le président Ali Bongo lance plusieurs projets de réhabilitation et de modernisation des lycées et collèges, la construction d’un nouvel amphithéâtre et la réfection des voiries urbaines à l’Université Omar Bongo (UOB). Seulement voilà, à cette époque le ministre de tutelle n’est autre que Séraphin Moundounga qui va décider, en violation flagrante de toutes les procédures d’attribution de marchés publics au Gabon, d’attribuer lesdits marchés aux sociétés appartenant à Aurélie Ntoutoume, avec qui le ministre aurait un enfant. Scandale !

 

L’Union révèle qu’à cet effet, le ministre de l’époque a instruit au directeur général du Patrimoine et des équipements du ministère de l’Education nationale d’alors, Mouango Bounguenza de prendre attache avec sa concubine afin de lui attribuer, de gré à gré, plusieurs marchés. Conséquence, Aurélie Ntoutoume aurait reçu en toute illégalité, près de 8 milliards de Fcfa pour des travaux. Pire, poursuit le journal, sans jamais se rendre sur les différents chantiers qu’il devait pourtant contrôler, Mouango Bounguenza aurait certifié « service fait » et délivré des vrais faux PV de réception des travaux. En plus de  valider les paiements à Mme Ntoutoume Obame qui aurait perçu au passage la quasi totalité des montants desdits travaux. 

 

Après vérifications, les successeurs de l’ancien directeur général du Patrimoine et des équipements du ministère de l’Education nationale vont se rendre compte que les travaux n’ont pas été réalisés. Les aires de jeux du lycée de Lastoursville n’ont jamais vu le jour, à l’Université Omar Bongo, les amphithéâtres, salles de classe et les voiries urbaines n’ont jamais été réalisés.

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires