IMG-LOGO
Accueil Article Cnamgs/hôpital de Bongolo : vers le divorce
Société

Cnamgs/hôpital de Bongolo : vers le divorce

par BITOLI Valérie - 14 Jan 2020, 13:11 331 Vues 0 Commentaires
IMG L' hôpital n'est plus loin du divorce avec la Cnamgs.

Progressivement, les assurés Cnamgs perdent tous privilèges dans la structure sanitaire située au sud du Gabon. Pour cause, le non-paiement de ses prestations par l’entité dirigée par Sévérin Anguillet.

Il y a encore quelques jours,  la pharmacie des Facultés située en face de l’Université Omar Bongo  refoulait les assurés Cnamgs. Arguant qu’elle cesse toutes les prestations à l’endroit de cette catégorie de sa clientèle du fait des factures non payées de cette maison d’assurance. Contactée par les équipes de Top Infos Gabon, la Cnamgs reconnaissait en effet l’existence du non règlement des factures qu’elle expliquait être le fait du retard accusé dans les vérifications entre les prestations effectuées par l’officine pharmaceutique et les factures envoyées. Si entre temps,  la pharmacie des Facultés a repris à servir  les assurés Cnamgs, dans d’autres structures, notamment hospitalières, lesdits assurés  subissent le même type de désagréments avec en lot des scènes d’humiliations.

 

C’est le cas des assurés Cnamgs de l’hôpital missionnaire de Bongo. La structure hospitalière située à 5 kilomètres de la ville de Lébamba (dans le Sud de la province de la Ngounié) vient de restreindre ses prestations Cnamgs.  Bien que le partenariat signé en 2012, avec la structure aujourd’hui dirigée par Sévérin Anguillet, a permis à l’hôpital d’accroître le nombre de patients,  les factures impayées de la Cnamgs ne permettent plus aujourd’hui à l’hôpital de Bongolo de supporter certaines prises en charge.

 

Conséquence, outre la consultation qui reste fixée à 8 mille Fcfa, les assurés Cnamgs ne bénéficient plus   du ticket modérateur sur les examens en plus de la gratuité des médicaments. Pire, désormais les examens et hospitalisations se font sans Cnamgs. Une situation bien évidemment désobligeante pour des patients qui dans la plupart des cas ont des moyens financiers limités.

 

« J’ai été surpris de constater que la Cnamgs n’est plus admise dans certains services de l’hôpital. J’ai déboursé 15 mille Fcfa pour une radio du thorax, sans oublier les frais d'hospitalisation » s’indigne un malade après un court séjour à  Bongolo. Pour équilibre d’information, nous avons joint ce matin les services de la Cnamgs qui indiquent pour le moment procéder à toutes les vérifications pour comprendre ce qu’il en est réellement.

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires