IMG-LOGO
Accueil Article Code du travail : grève d’avertissement dès le 22 janvier prochain
Société

Code du travail : grève d’avertissement dès le 22 janvier prochain

par BITOLI Valérie - 17 Jan 2020, 14:26 317 Vues 0 Commentaires
IMG Les centrales syndicales sur le pied de guerre.

Les centrales syndicales ont annoncé une grève générale d’avertissement du 22 au 27 janvier prochain dans le but de contraindre le gouvernement à réviser sa position.

Ils attendent  tout faire pour empecher l'adoption de ce projet du nouveau Code du travail. Si jusqu’ici les travailleurs réunis au sein de plusieurs Confédérations syndicales se sont contentés de simples menaces, hier les représentants des travailleurs des secteurs parapublics et privés sont passés à la vitesse supérieure en annonçant une grève générale d’avertissement du 22 au 27 janvier prochain. C’était à l’occasion d’une conférence de presse organisée à l’hôtel  Redisson Blu de Libreville.

 

Les employés affiliés à la CGSL, à l’ONEP, à la Cosyga ainsi que ceux des secteurs miniers (Comilog et Nouvel Gabon Mining), de l’eau et de l’électricité (Seeg),  du bois (Rougier Gabon), du contrôle aérien (Asecna), des brasseries (Sobraga), des ports (GSEZ et Bolloré), des établissements de crédit et de la sécurité sociale s’insurgent contre un projet du Code  du travail esclavagiste. 

 

A cet effet, le Secrétaire général de la CGSL, Jean Claude Bekale, estime que ce Code du travail est en amont une violation de la Constitution gabonaise ainsi que des textes de l'organisation international du  travail (OIT) au regard de son élan capitaliste.  « Le nouveau Code n’assure  en rien la sécurité des travailleurs gabonais, mais par contre crée la psychose au sein de la communauté des travailleurs des secteurs parapublics et privés du pays » relève le porte-parole des Confédérations syndicales pour la circonstance.

 

Pour  tenter de trouver une solution à cette crise, les syndicats exigent de la part du gouvernement l'organisation immédiate d'une plénière  tripartite et l'aboutissement d’un projet du code de travail qui prenne en compte les amendements et reformes des travailleurs. Le tout consolidé par un procès-verbal tripartite. Faute de quoi s’est la paralysie de tous les secteurs d’activités du pays.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires