IMG-LOGO
Accueil Article Coronavirus : frontières terrestres fermées et celles aériennes alors ?
Société

Coronavirus : frontières terrestres fermées et celles aériennes alors ?

par BITOLI Valérie - 14 Mar 2020, 12:48 130 Vues 0 Commentaires
IMG Noél Matha maintient curieusement les frontières aériennes ouvertes.

Le gouvernement vient d’annoncer plusieurs mesures restrictives contre la propagation du Coronavirus, dont la fermeture des frontières terrestres. Sauf que l’opinion s’interroge sur le maintien des frontières aériennes ouvertes.

Le gouvernement gabonais vient de monter d’un cran dans les mesures prises pour lutter contre la propagation de la pandémie du Coronavirus.  Ce fut le sens de la déclaration du ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement hier. Anicet Mboumbou Miyakou, dans un ton martial, à la mesure de la gravité de l’heure, a annoncé la fermeture des universités, des établissements scolaires, des crèches, des centres de formation sur l’ensemble du territoire jusqu’au 30 mars inclus. En plus de la fermeture des bars et boîtes de nuit jusqu’à nouvel ordre.

 

 

Le gouvernement annonce par ailleurs,  l’interdiction des rassemblements de plus de 50 personnes sur l’ensemble du territoire. Sans omettre la suspension des événements sportifs et culturels et la tenue à huit clos de tous les évènements sportifs internationaux. Le gouvernement déclare en outre avoir réquisitionné l’hôtel Re-Ndama  pour le confinement de potentiels malades. Quelques heures après l’annonce de toutes ces mesures restrictives, le ministre de l’Intérieur a lui pris une note circulaire demandant aux gouverneurs de provinces de procéder à la fermeture de l’ensemble des frontières  terrestres.

 

 

Cette dernière décision  ne manque pas  cependant, de susciter des critiques au sein de l’opinion.  Eu égard au fait que les frontières aériennes demeurent ouvertes alors que d’après l’OMS, l’Europe est devenue l’épicentre du virus.  Pour preuve, le seul cas de contamination déclaré sur le territoire national s’avère être un compatriote  provenant de Bordeaux (France).  Lequel est rentré sur le territoire par voie aérienne.  Le gouvernement est désormais accusé par plusieurs acteurs politiques et de la société civile de faire dans l’esbroufe et l’amateurisme même face à une situation aussi délicate qui implique plus de sérieux et de méthodes.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires