IMG-LOGO
Accueil Article Covid-19/ 16 cas et un mort : le risque d’une catastrophe
Société

Covid-19/ 16 cas et un mort : le risque d’une catastrophe

par BITOLI Valérie - 31 Mar 2020, 08:49 498 Vues 0 Commentaires
IMG Le Copil doit désormais s'attendre au pire.

Le Copil vient d’annoncer neuf nouveaux cas de contamination au Covid-19, portant le bilan à 16 en plus d’un décès. Au regard de la situation de précarité généralisée dans le pays, le pire est désormais à craindre.

Si hier on bombait encore le torse à l’idée que la pandémie du Covid-19  était une affaire Chino-européenne voire américaine, il est désormais temps de jeter cette autocongratulation suicidaire dans les poubelles pour se rendre compte que la pandémie est bel et bien dans nos murs. Et que chaque jour qui  passe est désormais une course contre la montre pour éradiquer un virus qui vient de faire   9 nouveaux cas de contamination au Gabon avec en prime un décès. Portant le bilan global à ce jour à 16 personnes contaminées dans notre pays. 

 

 

Lors du point presse, donnée hier par le Comité de pilotage du plan de veille et de riposte contre l’épidémie (Copil), le  porte-parole de cette structure, le Dr Patrick Obiang, a relevé que ces neuf nouveaux cas étaient pour l’essentiel des personnes qui ont séjourné à l’étranger (7) et deux 2 personnes qui n’avaient pas voyagé.   Ce qui veut clairement dire, qu’outre le cas  zéro en provenance de France, il y a au moment où nous écrivons, plusieurs autres cas de personnes contaminées, détectées et peut-être non détectées, qui infectent progressivement le reste de la population.

 

 

L’heure est grave.  Un scénario catastrophe, eu égard à cette réalité,  est à craindre. Ce d’autant plus que les cas de contamination ont été détectés sur  l’échantillon de 101 personnes  actuellement sous-surveillance.  Ce qui ne représente pas grand chose sur une population de près de deux millions d’habitants.  Il faut se le dire, il y a peut-être plusieurs autres cas dans la nature.

 

 

D’où les multiples appels des organisations de la société civile invitant le gouvernement à généraliser  dans l’ensemble du pays des tests au Covid-19. Afin d’avoir une  vue exacte du nombre de personnes contaminées et de procéder à leur mise en isolement. Ne pas le faire maintenant s’est courir le risque de laisser se répandre dans la nature le virus et cavaler éternellement derrière les personnes  contacts.  Or, il est impossible de sécuriser le circuit des contacts de toutes les personnes touchées par la pandémie.  Un pays comme l’Allemagne arrive encore à contenir la propagation du virus (contrairement à la France) en appliquant cette méthode avec plus de 500 mille tests par semaine.

 

 

Si cette méthode n’est pas vite appliquée,  le pire est désormais  à craindre. Surtout que les mesures de confinement partiel (même total)  dans un contexte de pauvreté généralisée ne peuvent être de grands effets. Il n’y a qu’à jeter un regard froid, sans complaisance, sur la déliquescence de notre système de santé, la pauvreté généralisée dans les quartiers, l’absence d’eau, la promiscuité entre les habitations, l’insalubrité, la faim, les délestage, l’absence de revenus… pour comprendre qu’il est impossible de garder les populations dans les maisons.  En voulant échapper au Covid-19, on peut très vite mourir de faim et de soif.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires