IMG-LOGO
Accueil Article ( Covid-19) Deuxième décès au ministère du Pétrole : la panique à bord !
Société

( Covid-19) Deuxième décès au ministère du Pétrole : la panique à bord !

par BITOLI Valérie - 18 May 2020, 06:38 1886 Vues 0 Commentaires
IMG Le ministre du Pétrole accusé de laxisme dans la gestion de cette crise.

Ce département ministériel est très fortement touché par la pandémie. En l’espace d’un mois, le ministère du Pétrole a enregistré le décès de deux de ses agents. C’est désormais la panique à bord.

 

Dans son communiqué du lundi 11 mai, le Copil a annoncé  un 9 e décès des suites d’une contamination à la pandémie du Covid-19 alors que le nombre de contaminations s’envolait 802, avant de passer aujourd’hui à 1320 cas. Il s’agit, pour la personne décédée, d’une patiente âgée de 56 ans hypertendue indiquait, le comité de surveillance. Il ne va pas falloir longtemps pour découvrir  après la publication de ce communiqué que la patiente qui vient de rendre l’âme  était fonctionnaire au ministère du Pétrole.

 

Puisque la Secrétaire générale de ce département ministériel, Liliane Nadège Ngari, va dans la même journée du 11 mai publier un communiqué dans laquelle elle annonce la désinfection complète de l’immeuble du 02 décembre  dès le mardi 12 mai à partir de 11 heures.  Eu égard à ce qui précède, la SG du ministère souligne en outre, qu’il est demandé à l’ensemble des agents de procéder à l’ouverture des bureaux pour l’efficacité de la désinfection. Les activités de l’ensemble du département  se feront uniquement par télétravail,  fait savoir la fille Ngari. 

 

Mais ce communiqué comme les mesures sécuritaires  qui y sont annoncées ne suffisent pas à rassurer. Bien au contraire, certains agents, témoignant sous  anonymat,  accusent désormais  le premier responsable du ministère, Vincent de Paul Massasa de ne pas prendre toutes les dispositions nécessaires pour la protection des  agents. Ce d’autant plus, que trois semaines avant le décès de la fonctionnaire, le chef du protocole du ministre décédait lui aussi de la pandémie.   Un haut responsable du ministère, très remonté par ce laxisme, parle même d’une négligence criminelle. Au point de soupçonner le département d’être désormais un des épicentre de la pandémie dans la capitale avec en l’espace d’un mois deux morts.  

 

Au cabinet du ministre ces collaborateurs récusent ces informations, indiquant plutôt que le décès de la fonctionnaire a eu lieu en dehors du cadre du ministère et, que toutes les dispositions ont été prises (masques, flash, respect des mesures barrières, désinfection…) pour éviter toutes contaminations.  «  Le ministre a été même le premier à demander à l’ensemble des agents de rester chez eux et de privilégier le télétravail. A cet effet, plusieurs départements ont été fournis en appareils. » lance un des conseillers du ministre.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires