IMG-LOGO
Accueil Article Crime odieux d’Owendo : Qui en veut à Guy-Bertrand Mapangou?
Politique

Crime odieux d’Owendo : Qui en veut à Guy-Bertrand Mapangou?

par BITOLI Valérie - 27 Jul 2020, 07:47 1005 Vues 0 Commentaires
IMG L' ancien ministre serait-il victime d'une cabale ?

Le député du 1er siège du département de Tsamba Magotsi, Guy Bertrand Mapangou ferait-il l’objet d'une campagne de dénigrement ? La question est posée alors que plusieurs de ses détracteurs associent son image au crime odieux d’Owendo.

Des tracts qui ont pour cible l'ancien membre du gouvernement et actuel député du 1er siège du département de Tsamba Magotsi, Guy Bertrand Mapangou, font le tour de la toile depuis quelques jours.  Ceux-ci laissent croire que Guy-Bé aurait joué un rôle dans le crime sordide commis par l'étudiant de l'Université des sciences et de la santé (USS), lequel  a tragiquement ôté la vie à sa petite amie enceinte de 5 mois la semaine dernière à Libreville.

 

Une cabale  que ne digèrent pas les proches de l’ancien ministre des Eaux et forêts.  Lesquels dénoncent des allégations dont le seul objectif est celui de porter atteinte à «  l’honorabilité » de l’homme politique et du père de famille. Ce d’autant plus, que rien ne relie l’auteur de ce crime odieux à Guy Bé, lance un membre de la famille du ministre.  Si les proches de l’ancien ministre n’écartent pas l’éventualité d’ester en justice les auteurs de cette campagne de dénigrement, ils indiquent tout de même que « les mains noires derrière ces manœuvres utilisent des faux comptes Facebook pour relayer les fausses informations. » 

 

Les affaires de meurtres à Fougamou refont surface

 

Mais l’affaire ne s’arrête pas là. Puisque les détracteurs de Guy Bé évoquent aussi une supposée implication du député du 1er siège de Tsamba Magotsi dans l’assassinat du lycéen de 19 ans, en classe de 1ère, Étienne Malata Doumambila. Ce dernier avait été enlevé dans la nuit du 9 au 10 avril 2016 à Fougamou.  Là encore, les proches du député parlent d’une malsaine instrumentalisation des faits : « Tout le monde sait la réalité de cette affaire. Les autorités judiciaires, les populations de Fougamou et Mouila, n'oublient aucun passage ayant marqué cette histoire. Pour rappel, en 2019, John Olivier Geratza, Dieudonné Douena et Gero Essono Essono avaient été tous reconnus coupables de l'enlèvement et du meurtre  du lycéen avant d’être  condamnés à perpétuité au cours d'un procès qui avait duré 22h de temps. »  souligne un membre du cabinet politique de Mapangou.

 

Et la même source de rajouter : « Au cours de ce procès comme tout au long de la procédure, le plus jeune de la bande, Gero Essono Essono était resté droit dans ses bottes. Il avait cité un seul nom et reconnu devant l'assistance celui qui avait embarqué Étienne Malata dans le véhicule avant de le déporter vers une destination inconnue. Ce dernier n'est nullement un proche de Mapangou. »  

 

Une contre-attaque qui en dit long sur la guerre politique que se livrent les personnalités politiques au sein de Tsamba Magotsi.

 

(Affaire à suivre)

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires