IMG-LOGO
Accueil Article (Crise financière) Barro Chambrier et plusieurs élites demandent l’annulation de la dette des pays africains
Economie

(Crise financière) Barro Chambrier et plusieurs élites demandent l’annulation de la dette des pays africains

par BITOLI Valérie - 05 May 2020, 18:23 2269 Vues 3 Commentaires
IMG Alexandre Barro Chambrier co-signataire de la Tribune libre.

Dans une tribune libre collective, Alexandre Barro Chambrier et plusieurs élites africaines et françaises demandent l’annulation de la dette des pays du contient noir.

 La tribune parue dans le journal français Ouest-France est signée par Moussa Mara, ancien Premier ministre du Mali, député.  Hajo Andrianainarivelo,  ministre des Infrastructures de Madagascar. Mamadou Lamine Diallo,   Député, Président du mouvement Tekki,  Sénégal. Charles Kader Gooré, chef d’Entreprise, Côte d’Ivoire.  Abakar Manany; PDG Amjet Executive , Tchad. Alexandre Barro Chambrier,  ancien Administrateur au FMI, ancien Ministre, Gabon. Abshir Aden Ferro,  Président du Parti, Alliance for the Future,    Somalie. J M Bockel,  Sénateur, ancien ministre de la Coopération, France. Gérard Longuet, Sénateur, ancien ministre de la Défense, France. Bruno Fuchs, Deputé,  Vice Président de l'Assemblée parlementaire de la francophonie. Emmanuel Dupuy, Secrétaire national chargé des questions internationales du Parti les centristes et Marc Bousquet, Mediatique International.

 

Toutes ces personnalités, en leurs rangs et qualités, défendent la thèse selon laquelle la crise sanitaire due à la pandémie du Covid-19 doit être l’occasion de redessiner les contours d’une nouvelle forme de solidarité en engageant des politiques économiques plus vertueuses.  Cela sous-entend pour les créanciers , l’occasion d’annuler la dette des pays africains sans absoudre pour autant la responsabilité des dirigeants qui l’ont trop creusée ou contournée sans avoir assuré  le développement endogène et homogène des populations, notamment des 450 millions de jeunes africains de moins de 25 ans.

 

Mais suffira-t-il d’annuler une dette qui pèse sur les économies des pays africains pour s’assurer d’une amélioration des gouvernances ? Pour  Barro Chambrier et les siens, il faut à la suite de cette annulation conditionner l’aide future à des politiques nationales qui contribuent réellement au développement et permettent un contrôle de l’emploi des sommes reçues. Il ne faut surtout pas, poursuivent les auteurs de la tribune, soutenir des «  kleptocraties » voraces et égoïstes.

 

Les signataires de la tribune espèrent dès lors, que la question de l’annulation de la dette et du nouveau modèle de coopération économique entre l’occident et l’Afrique sera posée au 28 e sommet  Afrique-France.

Partagez:

3 Commentaires

Amvene - May 06, 00:28

Vraiment ! Du grand n'importe quoi Avant de demander une annulation de la dette. Il faut que les dirigeants nous fassent le point de la dette. Pour ma part

diallo - May 06, 15:43

cette de pays africaine ne sont pas destination ont doit présenter aux peuples africaine quelle rôle à fait cette dette.

M. Amvene. Vous pensez que ceux qui nous ont prêté ces fonds sont naïfs. Vous pensez qu'ils ne savent pas comment ont été utilisés ces fonds dont pour la plupart ils ont été les grands bénéficiaires. En attendant ce sont les populations africaines qui souffrent avec des plans de redressement structurels inadaptés. C'est pourquoi on demande l'annulation de la dette et simultanément l'institution de nouvelles règles qui garantissent l'utilisation efficiente des fonds.


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires