IMG-LOGO
Accueil Article Déclaration de l’Appel à Agir : « Nous invitons à nouveau ceux qui dirigent encore les institutions publiques à déclarer la vacance du pouvoir…»
Politique

Déclaration de l’Appel à Agir : « Nous invitons à nouveau ceux qui dirigent encore les institutions publiques à déclarer la vacance du pouvoir…»

par BITOLI Valérie - 30 Oct 2020, 09:29 375 Vues 0 Commentaires
IMG Appel à agir persiste et signe: il faut déclarer la vacance de pouvoir.

Qui dirige le Gabon ? Le temps passe, les événements se succèdent, sans qu’il y ait une véritable réponse à la question profonde posée par le regroupement citoyen Appel à Agir.

 

Le 21 octobre dernier, Placide Aubiang Nzeh, Noël Bertrand Boundzanga, Elza Ritchuelle Boukandou, Franck Ndjimbi, Nicolas Nguema, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Anges Kevin Nzigou, Marc Ona Essangui, Edgar Owono Ndong et Minault Maxime Zima Ebeyard ont, à l’occasion d’une énième déclaration, réitéré leur interrogation relative aux identités des donneurs d’ordre à la tête de l’Exécutif. Ce n’est certainement pas Ali Bongo, qui, après son accident vasculaire cérébral (AVC), à Riyad, il y a deux (2) ans déjà, brille surtout par ses silences lors des moments-clés de la vie du pays. C’est pourquoi les Dix (10) enfants de la République rappellent que depuis le 28 février 2019, ils demandent que soit proclamée la vacance du pouvoir. Car, indiquent-ils, à ce jour, malgré quelques apparitions de celui qu’on présente comme chef de l’Etat, nous restons convaincus qu’Ali Bongo Ondimba n’est plus en capacité de diriger le Gabon.

 

Présider un Etat, ce n’est pas jouer la comédie

Or, pour le mouvement citoyen, présider un Etat, ce n’est pas jouer la comédie. « Au théâtre et au cinéma, on joue et on répète les gestes et les paroles, à la direction du pays, on parle et on exécute sa propre pensée. Les apparitions publiques d’Ali Bongo Ondimba ressemblent, fort malheureusement, au théâtre, au cinéma, à de la fabrication », lancent les membres d’Appel à Agir.

 

Pour le regroupement, il n’est pourtant plus un secret pour personne qu’Ali Bongo Ondimba a perdu les capacités de sa fonction à cause de sa maladie.  Ainsi rajoutent-ils, pour la lutte contre la propagation du Coronavirus, l’Etat d’urgence que seul doit déclarer le président de la République a été transféré au gouvernement. « De même, plus avant, la réactivation avec un contenu nouveau de la fonction de coordinateur général des Affaires présidentielles a échu au fils d’Ali Bongo Ondimba, pour tenter de contenir les conséquences de l’incapacité d’Ali Bongo Ondimba », soulignent les Dix enfants de la République. Avant d’indiquer : « Fidèles à notre esprit républicain, nous invitions à nouveau ceux qui dirigent encore les institutions publiques à déclarer la vacance du pouvoir qui est déjà une réalité factuelle ».

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires