IMG-LOGO
Accueil Article Déclaration de la famille de Patrichi Tanasa : « de grâce, ne le tuez pas…»
Politique

Déclaration de la famille de Patrichi Tanasa : « de grâce, ne le tuez pas…»

par BITOLI Valérie - 13 Feb 2020, 17:24 502 Vues 0 Commentaires
IMG La famille de Patrichi Tanasa demande la libération de leur fils.

A la faveur d’une déclaration de presse, la famille de Christian Patrichi Tanasa Mbadinga dénonce les exactions perpétrées contre leur enfant et exige l’organisation du procès à défaut de le libérer.

Ne pas accepter l’inacceptable.  La famille de l’ex Administrateur directeur général de Gabon Oil Compagni (GOC), Christian Patrichi Tanasa Mbadinga, vient de briser le silence. C’était  à  l’occasion d’une déclaration de presse, donnée ce jeudi 13 février.  Pierre Nzamba Maganga, le  porte-parole de la famille et les siens, s’indignent devant les actes de violences  physiques et sexuelles dont a fait l’objet leur fils.   

 

Bien que le procureur de la République a récemment  apporté un démenti sur la réalité de ces actes, la famille reste convaincue qu’il y a bel et bien  eu lieu des actes de tortures commis sur leur enfant. Ils en veulent pour preuve, le fait qu’à partir de la semaine du 13 au 19 janvier 2020, il y a eu une décision d’interdiction de visites. Un empêchement qui s’est poursuivi, la semaine du 20 janvier. Que visait cette série d’interdictions ?

 

La famille va découvrir quelques jours après, les odieux sévices commis sur leur fils.  Face à des actes d’une cruauté sans pareille, les proches de Patrichi Tanasa indique avoir aussitôt saisi  le Premier ministre, la présidente du Senat, le président de l’Assemblée nationale, le ministre de la Justice, le Procureur de la République, le Commandant  en chef de la sécurité pénitentiaire ainsi que la Commission nationale des droits de l’homme. Sur le plan international, la famille va saisir la représentation de l’Union européenne et le Bureau régional des Nations-Unies pour l’Afrique centrale (Unoca). Aucune réponse à ce jour.

 

Pour autant, la famille souligne que ces démarches visaient pour l’essentiel deux choses ; faire toute la lumière sur l’intégralité de ce dossier, c’est-à-dire ce qui est  reproché à notre enfant et  les raisons de ces tortures et violences. Or, à ce jour rien de concrets n’est annoncé dans le dossier. Pire, indique Pierre Nzamba Maganga, d’après Me Anges Kévin Nzigou, l’avocat de notre enfant, le dossier de son client est vide.  D’où l’exigence lancée par la famille : «  s’il a fait ce qui lui est reproché, démontrez-le, engagez les poursuites y relatives. Sinon de grâce, ne le tuez pas. Libérez–le. Nous en avons encore tant besoin ».

 

Questions : le régime peut-il relever le défi lancé par la famille de Patrichi Tanasa d’organiser le procès de ces anciens hauts responsables de l’administration publique dans le but de mettre fin à des actions de tortures et autres sévices qui ternissement l’image du pays ? Si tant est que le régime en place ne risque rien pourquoi se perdre en conjectures ?

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires