IMG-LOGO
Accueil Article Demande d’examen médical d’Ali Bongo : La cour de cassation met fin à la procédure
Politique

Demande d’examen médical d’Ali Bongo : La cour de cassation met fin à la procédure

par BITOLI Valérie - 08 Jul 2020, 16:12 291 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue des membres du collectif Appel à agir.

Alors que le collectif citoyen demandait aux instances judiciaires de soumettre le président de la République à un examen médical, la cour de cassation vient elle d’annuler la décision de la cour d’appel rendant cette demande possible.

 

Le mardi 07 juillet dernier, la cour de cassation a mis fin à l’affaire opposant le collectif Appel à agir à Ali Bongo. L’instance judiciaire a au final cassé et annulé l’ordonnance d’assignation rendue  par la cour d’appel visant à faire comparaître le président de la République, Ali Bongo. Au micro de nos confrères du journal l’Union, l’avocat du chef de l’Etat, Me Minko Mi Ndong, a indiqué  que ce rendu signifie que la cour d’appel ne peut prendre la décision  d’assigner le chef de l’Etat, étant donné que ce dernier n’a jamais été partie à un quelconque procès.

 

Un rendu qui ne surprend pas le collectif. Cid Aubiang Nzé, Jean Gaspard Ntoutoume Ayi, Anges Kevin Nzigou, Edgar Owono, Elza Ritchuelle Boukandou, Noël Boundzanga, Nicolas Nguéma, Maxime Minault Zima Ebeyar, Franck Ndjimbi et Marc Ona n’étant point naïfs au point de penser qu’une décision contraire aux intérêts du président de la magistrature soit rendue.  D’ailleurs lors de plusieurs de  leurs  déclarations, les  Dix n’avaient cessé d’indiquer que leur    démarche visait  avant tout à  éprouver  la Nation tout entière sur une question profonde : le président de la République après son accident vasculaire cérébral (AVC) à Ryad dispose-t-il encore de l’ensemble de ses moyens physiques et cognitives ?

 

Il n’y aura donc pas de vacance du pouvoir et les affaires de la République continuent leur vie ordinaire. Il reste à savoir si le groupe qui a émerveillé l’opinion publique va se disloquer puisqu’il n’a plus d’objet ou s’il va se muer en autre chose.

 

La ténacité dont les dix ont fait preuve même au moment où personne n’envisageait un retournement de la Cour d’appel a au moins prouvé une chose : ils sont républicains et croient en la justice gabonaise. « Or, analyse un universitaire, telle est leur limite. Cela, d’autant plus que, comme la Cour constitutionnelle, la justice penche toujours du même côté ». Ali Bongo ne sera donc pas soumis à un examen médical et aucune preuve ne sera donnée sur ses capacités cognitives.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires