IMG-LOGO
Accueil Article Destitution au RV : Comment Tony Ondo Mba a-t-il été trahi ?
Politique

Destitution au RV : Comment Tony Ondo Mba a-t-il été trahi ?

par BITOLI Valérie - 20 Oct 2020, 05:47 435 Vues 0 Commentaires
IMG Tony Ondo Mba paie le prix de sa fidelité à BLA.

L’ancien ministre de l’Energie est de plus en plus affaibli. Après sa destitution à la tête du RV, Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba voit désormais plusieurs de ses proches être évincés des postes à responsabilité dans l’administration publique et autres entités.

 

De la Prison centrale du Gros-Bouquet où ils séjournent depuis leur placement sous mandat de dépôt, le 13 décembre 2019, Brice Laccruche Alihanga, Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, Justin Ndoundangoye, Christian Patrichi Tanasa Mbadinga, Ike Aila Ngouoni et dans une moindre mesure Roger Owono Mba méditent profondément sur la nature des hommes. Pour se rendre compte, qu’en politique comme dans la vie en général, on est souvent trahi par ses proches. Leurs amis d’hier, prétendument soutiens indéfectibles, tournent, les uns après les autres, casaque, en prenant une part active aux plans visant leur déchéance.

Le dernier acte en date, la destitution d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba de la tête du Rassemblement pour la restauration des valeurs (RV). Le dimanche 27 septembre 2020, à la surprise générale, un groupe de cadres et des élus de ce Parti de la majorité présidentielle et sociale organise une assemblée générale extraordinaire. Illico presto, à l’issue de cette grand-messe, Arsène Edouard Nkoghe Nze est désigné président du parti en lieu et place d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba qui fut jusqu’ici son mentor politique. Dans une interview donnée au journal Gabon Matin, le 05 octobre 2020, le nouveau président du RV tente de calmer la fronde qui monte à l’issue de cette destitution, en indiquant que « Monsieur Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, bien qu’en détention préventive, reste un élu de ce Parti et un membre à part entière ».

 

Le jeu de mots ne convainc personne, surtout pas les proches d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, lesquels accusent ouvertement Arsène Edouard Nkoghe Nze et les autres élus d’être allés marchander le Parti lors d’une rencontre, dix jours plus tôt à la présidence de la République. « Là-bas, il leur a été demandé de placer quelqu’un d’autre à la tête du Parti », dégaine un proche de la famille d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba. La douleur est d’autant plus grande qu’à l’issue de la réunion au Palais du bord de mer, le choix a été porté sur Arsène Edouard Nkoghe Nze, considéré, par les proches d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, comme « un traitre » qui n’a pas hésité à déserter le Parti pendant plus de deux mois, alors que des réunions et des stratégies étaient organisées pour le soutenir. « Quand d’autres cadres et élus se mobilisaient pour le paiement des honoraires des avocats, des conférences de presse, Arsène Edouard Nkoghe Nze a disparu. Il n’était plus visible et, aujourd’hui, il revient, pour renverser celui qui l’a fait roi. C’est simplement honteux », réplique un autre membre de la famille d’Ondo Mba. Pire, notent les contestataires, l’assemblée générale s’est tenue sans aucune réunion préalable ou concertation de l’ensemble des organes du Parti.

 

Le RV est mort à Bitam

Comme il fallait s’y attendre dans la ville de Bitam, fief politique du président destitué, cette trahison ne passe pas. Le 28 septembre dernier, un groupe de jeunes du Parti originaire de la localité organise une déclaration, pour indiquer leur désengagement de toute activité politique au sein du RV. « Nous, soutiens de Tom 18 (Tony Ondo Mba) dans l’ensemble des quartiers de Bitam, avons appris, avec étonnement, la destitution de notre leader politique, Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, qui, à ce jour, demeure le député de la commune de Bitam et par ailleurs président du RV, bien que placé sous mandat de dépôt à la maison d’arrêt de Libreville. Par conséquent, au-delà de la frustration, nous venons marquer notre désengagement de toute activité politique à venir de ce Parti dans la commune de Bitam », lance le collectif.

 

L’épuration

Pour, définitivement affaiblir, voire tuer une personnalité politique considérée comme un homme qui demeure loyal à Brice Laccruche Alihanga, une opération d’épuration des proches d’Ondo Mba est lancée au sein de la haute administration. Lors du Conseil des ministres du 02 octobre dernier, Deavy Ondo Abessolo, cousin d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, est éjecté du poste de conseiller stratégique chargé des questions financières et organisationnelles à la Société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG). Son éviction intervient après celles de Kennedy Ondo Mba, frère cadet d’Emmanuel Norbert Tony Ondo Mba, en tant que responsable de la communication à l’Agence de régularisation du secteur de l’eau potable et de l’énergie électrique (Arsee) et d’Anthony Ndong, cousin de l’ancien ministre, du poste de directeur des Affaires administratives et financières (DAF) à la société du Patrimoine.  Désormais, dans la famille Tony Ondo Mba, et même, au-delà se pose une seule interrogation : doit-on continuer à soutenir un régime qui nous opprime ?

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires