IMG-LOGO
Accueil Article Ecole doctorale des grandes écoles : La fin du bicéphalisme !
Société

Ecole doctorale des grandes écoles : La fin du bicéphalisme !

par BITOLI Valérie - 27 Sep 2020, 08:44 389 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue de la cérémonie d'installation.

Après sept mois de guerre ouverte, de bicéphalisme et de contestation, la nouvelle équipe dirigeante de l’Ecole doctorale des grandes écoles (EDGE) a été  installée à ses fonctions.

 

Le vendredi 25 septembre, le Pr Véronique Solange Okome Beka a été installé, après sept mois d’un long bras de fer avec la précédente équipe,  à la tête de l’Ecole doctorale des grandes écoles (EDGE). 

 

Une installation rendue possible du fait de l’intervention du Premier ministre, Rose Christiane Ossouka Raponda, dans un dossier sciemment bloqué par l’équipe sortante dirigée par le Pr Nganga Kouya.  Ce dernier,  estimant  que la nomination de la nouvelle équipe n’était pas conforme au règlement  intérieur de l’Ecole doctorale, a joué de manigances pour empêcher l’installation de cette dernière au poste en boycottant toutes les cérémonies de passation de charges. Pour Nganga-Kouya la nomination du Pr  Véronique Solange Okome Beka devait  avoir lieu en conseil des ministres sur proposition du conseil scientifique pédagogique et non par une décision de l’ancien ministre de l’Enseignement supérieur, Jean De Dieu Moukagni Iwangou.

 

Des argument réfutés par le Pr Véronique Solange Okome Beka dans une correspondance adressée au ministre de l’Enseignement supérieur,  Patrick Mouguiama Daouda, le 29 juillet dernier.  Correspondance dans laquelle elle indiquait  que l’article 10 de l’arrêté fondateur, n°00182/MESRS du 02 février 2016, stipule que le ministre de l’Enseignement supérieur nomme le directeur de l’Ecole doctorale qui   doit être un enseignant-chercheur, professeur titulaire. Relevant au passage l’imposture de Nganga Kouya qui occupait le poste de directeur général alors qu’il n’avait pas le grade indiqué : « le directeur général sortant est un maître de conférence et non un professeur titulaire. De surcroît, il n’a jamais été nommé ni  par un arrêté ministériel, ni par un décret présidentiel.  Il a été tout simplement désigné par décision des directeurs  généraux des trois grandes écoles : ENSET, ENS,  ENEF. »

 

Au milieu de cette guerre ouverte, le directeur général de l’Enseignement supérieur, le Dr Christel-Donald Abessolo, va par lettre n° 086 du 29 juillet 2020, suspendre toutes les activités au sein de l’Ecole doctorale jusqu’à nouvel ordre.  Conséquence d’une telle décision, les actes administratifs posés par le Pr Nganga Kouya et les autres membres de la direction de l’EDGE seront frappés de nullité. 

 

Pour mettre fin  à un bicéphalisme qui paralyse l’établissement, le ministre Mouguiama Daouda n’aura pas d’autres choix que d’instruire, le 24 septembre dernier, le Secrétaire général dudit ministère, le Pr Frédéric  Mambenga Ylagou,  afin de  procéder  à l’installation Véronique Solange Okome Beka à la tête de l’Ecole doctorale.   Au grand bonheur de cette spécialiste de la littérature hispanophone : «  C’est un grand jour après sept mois d’attente. Nous prenons l’engagement de tout mettre en œuvre pour la formation de nos élites » va-t-elle indiquer aux micros de la presse.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires