IMG-LOGO
Accueil Article Election présidentielle de 2023 : l’ombre d’Omar Denis Junior et la peur au Palais
Politique

Election présidentielle de 2023 : l’ombre d’Omar Denis Junior et la peur au Palais

par BITOLI Valérie - 04 Jul 2020, 10:49 1102 Vues 1 Commentaires
IMG Omar Denis aux côtés du président Sassou et de Lemboumba-Lepandou.

La probable candidature d’Omar Junior Denis (ODJ) à la prochaine élection présidentielle suscite des peurs et des nuits blanches au Palais.

A moins de  trois ans de la prochaine élection présidentielle, le spectre d’une candidature d’Omar Denis Junior Bongo  hante les nuits de plusieurs hautes personnalités au sommet de l’Etat.  Si le fils d’Omar et d’Edith Lucie se  garde à ce jour  de se prononcer sur une question aussi délicate, il n’empêche que  ces faits et gestes sont scrutés, décortiqués. Au point que sa tournée dans le Haut-Ogooué en mars dernier n’en finit plus de «  faire chauffer les messageries WatsApp au sein de la famille présidentielle gabonaise », relève  Africa Intelligence dans sa livraison du 30 avril dernier.  

 

Le journal très introduit dans les arcanes du Palais indique  même que certains membres de la famille présidentielle, en l’occurrence Malicka Bongo,  avaient en mars dernier tenté d’empêcher l’entrée de la délégation au mausolée  de sa demi-sœur, Albertine Amissa Bongo.  Si au final Omar  Denis Junior, accompagné de son demi-frère, Christian Bongo et de son oncle maternel Wamba Sassou Nguesso, avaient pu accéder au site en passant par l’arrière de l’édifice, l’excursion a véritablement agacé  les membres de la famille proches d’Ali Bongo.

 

Tirs groupés et instrumentalisation

 

Est-ce cette expédition qui emmenée certains partis politiques se revendiquant de la troisième voix à organiser, le 23 juin dernier, une curieuse conférence de presse dans laquelle ils estiment illégitime une probable candidature d’Omar Denis Junior ? Rien n’est moins sûr. Plusieurs observateurs avertis y ont vu une sortie commandée.

 

Une sortie publique qui n’a d’ailleurs pas laissé de marbre Télesphore Obame Ngomo.  Le journaliste, directeur de publication du verbe de Ngomo, a tout de suite réagi pour indiquer qu’il ne revient à aucun citoyen d’ostraciser les ambitions d’un autre.

 

 «  Si un membre de la famille Bongo Ondimba souhaite être candidat, au même moment ou à la suite d’Ali Bongo, il en a pleinement le droit. (…) On ne peut pas se dire démocrate et développer des théories ou idées anti-démocratiques »   Télesphore Ngomo. Avant d’assumer pleinement son soutien au petit-fils du président Sassou Nguesso tout en donnant rendez-vous pour la campagne de 2023.

Partagez:

1 Commentaires

MEZUI NGOURAMBOT - Jul 04, 19:17

Logique et constitutionnel


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires