IMG-LOGO
Accueil Article Exclusions à l’ENS : Les étudiants dénoncent une décision inique et illégale
Société

Exclusions à l’ENS : Les étudiants dénoncent une décision inique et illégale

par BITOLI Valérie - 12 Dec 2020, 07:05 502 Vues 1 Commentaires
IMG La direction de l'ENS accusée d'abus d'autorité.

Par Mwane Bawulu

 

Ils multiplient, depuis cinq (5) mois, les démarches visant à prouver le caractère illégal de la décision d’exclusion dont ils font l’objet. Le collectif des enseignants-stagiaires de l'Ecole normale supérieure (ENS) inscrits en fin de cycle Licence ou Master rappelle dans toutes leurs saisines avoir validé leurs stages, leurs leçons et soutenances avec mention devant un jury.

 

« Cependant, contre toute attente, nous avons été exclus de ladite école selon le rapport de la commission des recours qui s'est tenue le 28 août 2020. Les raisons de cette décision d'exclusion prononcée par l'administration tournent autour d'un travail insuffisant et du nombre d'inscriptions effectuées », note le collectif. Des motifs d’exclusion spécieux et qui ne reposent sur aucune base légale. Car, d’après les enseignants-stagiaires, les séances de rattrapage ont été organisées après les soutenances et conformément au calendrier de fin d’année arrêté par la direction de l’établissement pour les élèves en fin de cycle Licence ou Master (08 août 2020).

 

Sauf qu’une semaine après la fin de l'année, le directeur des études du cycle Master, chargé de la coordination pédagogique va publier une note qui annonce des rattrapages du mercredi 19 au samedi 22 août 2020. Cette confusion, provoquée par l’administration, va être à l’origine de l’absence à cette séance de plusieurs enseignants-stagiaires.

« L'absence de certains enseignants lors des rattrapages confirme bien que même eux n’étaient pas au courant de l’organisation de ces rattrapages par la direction. En études françaises, par exemple, on pouvait relever l'absence des enseignants. On se demande, à ce moment précis, quel procédé a été utilisé par les chefs de département, pour combler ces éléments constitutifs dans les unités d'enseignement », relève un étudiant excédé par autant d’amateurisme.

 

Le favoritisme dont fait preuve la direction

Pire les étudiants fustigent le favoritisme dont fait preuve la direction : « Nous étions une trentaine d'étudiants exclus pour les mêmes raisons. Mais nous constatons que cinq (5) étudiants du département de Sciences économiques et sociales, qui n'avaient validé ni leur soutenance, ni la totalité de leurs crédits, ont bénéficié, après confirmation de leur exclusion, d'une session spéciale de soutenance et des dix (10) académiques. Il s'agit de Mve Ondo Bertin, Obiang Edzang Jerry Raphaël, Ondo Ondo Willy, Oyane Obame Danielle Sandrine et Engone Minkoue Samuel, qui ne disposaient que de 22 crédits », déclare un autre étudiant visiblement remonté contre la direction qui promeut l’injustice au sein de cette école.

 

Preuve d’une gestion quelconque de la structure, la direction, en prononçant cette décision, va à l’encontre des dispositions qui organisent le système LMD. Notamment celles abrogeant les mécanismes d’exclusion : « Vu l'article 98 de la loi 21/2011 du 14 février 2012 : les orientations et les réorientations prévues par le présent texte abrogent les mécanismes d'exclusion dans les établissements scolaires et universitaires, pour travail insuffisant, ainsi que ceux de suppression de bourse dans l'enseignement professionnel et supérieur ». Conséquence, le collectif sollicite une intervention du ministre Patrick Mouguiama-Daouda, aux fins d'obtenir une dérogation et rentrer en possession de leurs diplômes.

 

(Affaire à suivre)

Partagez:

1 Commentaires

MBEANG Hilaire - Dec 15, 08:37

Il n'est pas normal que les enseignants stagiaires soient jusqu'à présent privés de leurs diplômes alors d'autres ont déjà eu le leurs.


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires