IMG-LOGO
Accueil Article Gabon 24 : Le désastre d’une gestion, Laure Bigourd aux bancs des accusés
Société

Gabon 24 : Le désastre d’une gestion, Laure Bigourd aux bancs des accusés

par BITOLI Valérie - 15 May 2020, 16:06 475 Vues 0 Commentaires
IMG Laure Bigourd, la Dg de Gabon 24.

Plus d’un an après sa prise de fonction, l’actuelle directrice générale de Gabon 24 est accusée de gérer ce média comme une épicerie de quartier.

Il faut remonter à la prise de pouvoir d’ Ali Bongo en 2009 pour commencer à entendre parler de cette  française. Laure Bigourd aux côtés de Jean Louis Lessage et bien d’autres expatriés  fait parti de cette légion étrangère qui rivalise d’ingéniosité, de concepts, de slogans  au sein de la communication présidentielle ( Cocom) afin de donner une belle image au fils d’Omar Bongo qui vient de prendre le pouvoir. 

 

Chef de projet de l’émission s’explique,  puis directrice à la Société Point image, la  journaliste va très vite prendre des galons à la présidence de la République, pour se retrouver à la tête de Gabon 24.  

 

Le conseil des ministres du  mardi 26 février 2019  entérine l’arrivée de cette diplômée de l’école de journalisme de Lille  à la tête de la télévision d’information continue.  Laure Bigourd a pour mission de restructurer la chaîne et lui donner une dimension internationale. Seulement voilà,  un an et quatre mois après l’arrivée de la française à la tête de la télévision, plus rien ne va.  Son arrivée coïncide plutôt  avec  les  départs des  journalistes et techniciens qui jusqu’ici se sont battus sur le terrain pour que la chaine s’impose dans l’asphère médiatique.  Louis Philipe Mbadinga,  Abdoul Aziz Maiga,  Ismaél Obiang Nze, Uriel Abaga  Jamilla Mbengmane, Pierre Edou…pour des raisons diverses (convenances personnelles, démission,  retour dans leur administration d’origine, licenciements)  quittent le média.  Laure Bigourd n’est pas étrangère à ces départs. Il lui elle est   reprochée d’entretenir un climat malsain.  La présidence de la République ferme les yeux. 

 

En juillet 2019,  la chaîne de télévision d’information continue est endeuillée par le décès de la journaliste Sveltlana Gladys Maganga.  Là encore, la direction de la chaîne est accusée d’être en partie responsable de cette tragédie en ayant séquestré le salaire de l’agent qui était malade. La tête de Laure Bigourd  est désormais demandée dans la corporation.  Mais rien n’y fait, la présidence de la République la maintient à son poste.

 

Ces dernières semaines,  la plainte   de Christian Bernard Rekoula  contre le média vient, une fois de plus, mettre en évidence l’incurie  dans la gestion de la télévision.  Le jeune producteur réclame à la chaîne 30 millions de Fcfa au titre des prestations effectuées.  En attendant le dénouement de ce litige, plusieurs employés dénoncent sous cap, l’absence d’immatriculation Cnss et Cnamgs.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires