IMG-LOGO
Accueil Article Gel des recrutements, absence d’emplois… Le ras-le bol des jeunes diplômés
Société

Gel des recrutements, absence d’emplois… Le ras-le bol des jeunes diplômés

par BITOLI Valérie - 01 Jul 2020, 15:27 162 Vues 0 Commentaires
IMG Ce gabonais est à la recherche d'un emploi. symbole d'une jeunesse à bout de souffle.

De nombreux jeunes gabonais sortis des universités et des grandes écoles sont de plus en plus frappés par la crise, englués dans le chômage, ils peinent à joindre les deux bouts.

Trois ans sans recrutement à la fonction publique. Le délais étant presque arrivé à expiration. Certains se demandent toujours si la mesure prendra effectivement fin comme prévu cette année. En parcourant la toile ces derniers temps,  vous pouvez apercevoir cette photo qui circule. C'est celle d'un jeune homme visible à bout des formalités administratives et dont l'envie de se prendre en main le conduit à sillonner certaines artères de la capitale en quête d'un emploi.

 

Il brandit une ardoise en guise de curriculum vitæ (CV) présentant  ses différents domaines de qualifications. A défaut de rester les bras croisés attendant qu'une, parmi les nombreuses demandes déposées ça et là aboutisse, ce jeune a choisi de se lancer dans les petits métiers. Plomberie, électricité, aide maçon, commerce en gros…Il est prêt à apporter ça force de travail dans différents domaines pourvu qu’il gagne sa vie.

 

 Interrogé sur sa situation de chômeur, Edgard, est un autre diplômé d'une école supérieure. Il ne cache pas son désespoir face à cette situation : «  la situation que je vis depuis près de trois ans aujourd'hui ne connais aucune amélioration. J'ai même l'impression qu'elle se dégrade de plus en plus. Même au port d’Owendo où l'on  avait l'habitude de trouver des petites bricoles, avec cette crise sanitaire tout est bloqué », se désole-t-il. 

 

Alors que le désespoir  gagne ces jeunes, le gouvernement est à ce jour incapable d’apporter une réponse.  Se contentant de faire la promotion d’une politique de l’entreprenariat  et de l’auto-emploi qui relève plus de l’utopie et de la fumisterie qu’autre chose.  Comment va-t-on se lancer dans l’entreprenariat sans financement ? Sans soutiens ? Questionne un étudiant diplômé en management des entreprises.  Les quelques mécanismes mis en place au sein de l’Office national de l’emploi (projet  de contrat d’apprentissage jeunesse)  est une goutte d’eau dans un océan de misère.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires