IMG-LOGO
Accueil Article Gestion scandaleuse des richesses aurifères : le RPM demande des comptes au régime !
Politique

Gestion scandaleuse des richesses aurifères : le RPM demande des comptes au régime !

par BITOLI Valérie - 31 Jan 2020, 18:46 276 Vues 0 Commentaires
IMG Le porte-parole du RPM, Alain Michel Mombo

A la faveur de sa traditionnelle réunion du Conseil exécutif, le RPM a demandé des éclaircissements sur le scandale autour de la gestion des richesses aurifères.

Tout est parti d’une correspondance du Coordinateur général des affaires présidentielles, Nourredin Bongo Valentin adressée à l’actuel directeur général de la Société équatoriale des mines (SEM), David Ossibadjouo. Dans cette correspondance rendue publique, par l’hebdomadaire Echos du Nord, le fils du président donne instruction  au responsable de la SEM de procéder à une étude sur le développement de l’industrie aurifère  en plus d’entreprendre  un partenariat avec la société Africa Finance Corporation (AFC) pour la réalisation d’une carte géologique. Scandale !

 

Le Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM), d’Hugues  Alexandre Barro Chambrier,  s’étonne de ce que la politique sur le développement de la filière aurifère soit désormais définie à la présidence de la République en lieu et place du ministère des mines, compétent et mieux outillé en la matière.   Conséquence, le RPM demande plus de transparence dans un secteur caractérisé par une très grande opacité.  Au nom du peuple englué dans la pauvreté et la misère, Barro Chambrier et les siens demandent  des éclaircissements sur les quantités d’or produites,  la cartographie de l’exploitation de l’or, les entreprises opérant dans le secteur, la part de l’or dans le Produit Intérieur Brut (PIB).

 

Sur un  autre plan, toujours en lien avec Nourredin Bongo Valentin, le RPM fustige la récente décision d’interdiction de sortie du territoire prise contre les acteurs de la société civile (Jean Rémy Yama, Ghislain Malanda, Georges Mpaga et Marcel Libama).  Pour le RPM le seul crime de ces acteurs réside dans la dénonciation de la gabegie qui règne au sommet de l’Etat. 

 

Les questions des enlèvements et  dela sécurité des élèves  ont été en outre abordées par ce parti de l’opposition. Sur ces points, le RPM pointe une nouvelle fois, l’incurie du gouvernement à assurer la sécurité des populations. Le RPM salue dès lors, la fermeté des syndicats de l’Education nationale et  des associations des parents d’élèves dans leur volonté d’obtenir des garanties sécuritaires.

 

 

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires