IMG-LOGO
Accueil Article Grève à l’Agence gabonaise de presse : les agents boycottent la sortie de « Gabon Matin » dans les kiosques
Société

Grève à l’Agence gabonaise de presse : les agents boycottent la sortie de « Gabon Matin » dans les kiosques

par BITOLI Valérie - 29 Dec 2020, 14:42 135 Vues 0 Commentaires
IMG L' AGP dans la tourmente.

Hier, lundi 28 décembre, Gabon Matin, hebdomadaire pro-gouvernemental, n’était pas disponible dans l’ensemble des kiosques du pays. C’est la conséquence du durcissement du mouvement de grève des agents de l’Agence gabonaise de presse, entité éditrice de l’hebdomadaire. Dans un courrier daté du 26 décembre dernier, le Syndicat national des agents de la communication publique (Synacop) indiquait à l’administrateur-directeur général, Jean-Robert Elmut Moutsinga Boulingui, sa volonté de boycotter la sortie de ce numéro.

 

Les raisons de cette décision grave, le traitement accordé à une partie des agents qui, depuis une semaine et deux jours (soit 216 heures), n’ont toujours pas reçu leur dû. Lequel dû a constitué le maître-mot des interventions lors des échanges avec le ministre d’Etat. « Malgré l’attente, la direction AGP, dont vous avez la charge n’a toujours pas communiqué à ce sujet, pour éclairer la lanterne de votre personnel », relève le président du Synacop, Franck Obame.

 

Dans le même courrier, le syndicat indique avoir fait preuve de bonne volonté, en assurant, en dépit de cette situation sociale difficile, le fonctionnement des activités de la maison, en produisant le journal n° 1772. Pire, les revendications relatives au paiement intégral de la RAC, des arriérés de salaire et de primes, la mise à disposition de tous les moyens roulants et la lisibilité des contrats des agents de l’AGP sont elles aussi sans solution.

 

Face à la pression de plus en plus forte, Jean-Robert Elmut Moutsinga Boulingui ne cesse de jouer la montre, en promettant des virements bancaires, qui n’arrivent pas. Une attitude désormais perçue par les agents comme « méprisante » et « insultante » : « Vous vous rendez compte, nos enfants ont passé Noël sans cadeaux. En fait, nous n’étions pas capables de subvenir à ce besoin », s’indigne un agent.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires