IMG-LOGO
Accueil Article Grève aux Eaux et forêts : « nous sommes choqués par les déclarations mensongères et tendancieuses du ministre Lee White…»
Société

Grève aux Eaux et forêts : « nous sommes choqués par les déclarations mensongères et tendancieuses du ministre Lee White…»

par BITOLI Valérie - 26 Jun 2020, 17:12 792 Vues 2 Commentaires
IMG Le ministre Lee White acculé par les partenaires sociaux.

Les syndicats des agents des Eaux et forêts fustigent les propos tenus par le ministre Lee White lors de sa déclaration à la presse.

Il a décidé d’aller au bras de fer là où la sagesse commandait l’apaisement.  Conséquence, le  mouvement de grève aux Eaux et forêts s’enlise avec des conséquences néfastes sur l’économie du pays déjà fragilisée par la crise sanitaire. Mais, Lee White semble peu préoccupé par cette réalité. Le ministre de la Forêt a plutôt, du fait d’une insouciance qui frise l’incompétence, mis le feu aux poudres en déclarant dans la presse que la grève des agents était inopportune et totalement illégale.  

 

Face aux deux  points de revendications posées par le Syndicat national des professionnels des Eaux et forêts (Synapef) à savoir  le paiement de la prime sectorielle et l’annulation des nominations illégales, Lee White indique que cette prime a toujours été payée et qu’il ne s’agit que d’un  problème de montants et pour le second point que cela relevait des considérations politiques.

 

Réponse du berger à la  bergère. Dans une déclaration rendue publique, le Synapef attaque ouvertement le ministre d’origine britannique en estimant que ces propos sont mensongers et tendancieux. Les partenaires sociaux réaffirment le fait que la prime sectorielle est logée dans le compte n°4705-831L au Trésor public. Que cette prime est restée impayée à ce jour et ce, depuis bientôt 7 ans, alors que ledit compte est actif en recette encaissant la côte part de 30% de recettes fiscales.

 

Sur les nominations illégales, le syndicat désapprouve avec force cette considération chosifiée de la loi  par un dépositaire de l’Autorité de l’Etat. C’est pourquoi les partenaires sociaux rappellent qu’en désavouant avec une légèreté déconcertante l’autorité des organes juridiques (…) Lee White consent à admettre que le Gabon n’est pas un Etat de droit.  Bien plus, pour eux,  le ministre britannique indique que la loi n’a de valeur que lorsqu’on s’en sert et elle est relégable au second plan lorsqu’elle ne se conforme pas à certaines accointances politiques. 

 

Question toute simple,  un ministre en Angleterre peut-il se permettre une telle déclaration ?  

Partagez:

2 Commentaires

SERGE MAKAYA - Jun 27, 06:53

Qu'il aille se faire FOUTRE

Moi je pense que les mêmes lois dont il bafoue,sont les mêmes qui ont fait en sorte qu'il ait la nationalité Gabonaise,par conséquent,il doit être présenté aux autorités compétentes pour violation et qu'on lui prouve que le Gabon notre chèr Pays est un pays de loi. Que justice soit faite.


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires