IMG-LOGO
Accueil Article Guy Patrick Obiang à Melen, les malades mentaux dans la rue !
Société

Guy Patrick Obiang à Melen, les malades mentaux dans la rue !

par BITOLI Valérie - 30 Jul 2020, 10:31 185 Vues 0 Commentaires
IMG Le ministre de la Santé lors de la visite.

Le nouveau ministre de la Santé a effectué une visite de l’hôpital psychiatrique de Melen. Si le constat est amer, Guy Patrick Obiang a donné instructions à la direction de cet établissement de procéder aux ramassages des malades mentaux.

Structures obsolètes, personnel démotivé, absence d’équipements et de moyens roulant, malades à l’abandon… le centre de santé mentale de Melen  tombe chaque jour un peu plus en ruine. Conséquence, les personnes souffrant de troubles mentaux ont pris d’assaut  les rues de la capitale avec son lot d’incidents. Les multiples mouvements de grève des personnels, les dénonciations des syndicats n’ont rien changé à la situation. Bien au contraire, le mutisme observé par le gouvernement sur ce dossier donne l’impression que cela ne constituait en rien une priorité.

 

Du coup, la visite le mercredi 29 juillet dernier, du nouveau ministre de la Santé,  Guy Patrick Obiang a ravivé l’espoir dans un océan de misères.  En faisant le tour de l’infrastructure,  le nouveau patron du département  a pu se rendre compte de la descente aux enfers du centre.  Mais en dépit de ce constat, le nouveau ministre a donné instructions aux responsables de l’infrastructure de  procéder au ramassage des malades mentaux qui écument les quartiers de la capitale dans un délai de sept jours.  Y arriveront-ils sans moyens supplémentaires ?  La question reste pendante. 

 

Pour l’heure, Guy Patrick Obiang se dit surtout préoccupé par le respect de la dignité humaine. «  L’objectif premier de la santé c’est le respect de la dignité humaine.  C’est désolant le spectacle que nous observons de voir les malades mentaux se balader dans les rues de Libreville ». Oui, mais à qui la faute ?

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires