IMG-LOGO
Accueil Article Hôpital de Bongolo : Des jeunes mères séquestrées pour non-paiement des frais d'accouchement
Société

Hôpital de Bongolo : Des jeunes mères séquestrées pour non-paiement des frais d'accouchement

par BITOLI Valérie - 30 Jun 2020, 09:11 240 Vues 1 Commentaires
IMG Une vue des conditions dans lesquelles les nouveaux nés sont gardés.

Cruelle réalité qui met en évidence la précarité dans laquelle vivent plusieurs compatriotes. Trois femmes avec leurs nouveaux nés sont depuis plusieurs jours otages à l’hopital de Bongolo. Faute de non-paiement des factures.

Un groupe de jeunes femmes prénommées, Owele, Lydie, Hélène et deux autres dont les indemnités n'ont pas été communiquées, seraient retenues depuis bientôt deux semaines à l'hôpital de Bongolo, dans la province de la Ngounié (Sud du Gabon). Elle doivent s'acquitter de leurs frais d'accouchement avant de regagner leurs familles respectives.

 

Les jeunes mamans, sont sommées de payer à l'hôpital une enveloppe qui avoisinerait les 800.000 Fcfa. Une équation qui du moins s'est avérée difficile pour ces mères qui sont toutes issues des familles de la couche la plus défavorisées. Pour Owele, elle devra payer un montant de 195.000 Fcfa. Lydie, devra s'acquitter d'une somme de 132.500 Fcfa. Quant à Héléna, elle, devra solder un peu moins que les autres après avoir fait une avance de 60.000 Fcfa.

 

L'argent étant le nœud du problème, elles ne peuvent donc regagner leurs domiciles respectifs qu'après avoir soldé à l'hôpital les différentes factures. Comment y arriver ? La question demeure sans réponse pour le moment, car aucune d'elle  n'est assurée à la Caisse nationale de maladie et de garantie sociale (CNAMGS) pour bénéficier de la gratuité des frais d'accouchement et du ticket  modérateur comme ainsi initié tout dernièrement par Ali Bongo, dans le cadre des mesures de solidarité.

 

Toute chose qui suscite tristesse et désolation pour ces mamans qui viennent de mettre au monde des  petits bout de choux parmi lesquels des jumeaux, qui dorment à même le sol et  qui sont désormais exposés aux moustiques. Une cruelle réalité qui met en évidence la précarité dans laquelle vivent plusieurs compatriotes.

Partagez:

1 Commentaires

Endundu - Jul 01, 04:19

Ont- elles eu des grossesses surnaturelles ? Pour ne pas voir se présenter les auteurs des dites grossesses ? Quelle honte pour le pays Gabon ????????????


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires