IMG-LOGO
Accueil Article Infrastructures routières : Retour du calvaire à Montalier-Bambouchine
Société

Infrastructures routières : Retour du calvaire à Montalier-Bambouchine

par BITOLI Valérie - 09 Oct 2020, 10:37 285 Vues 0 Commentaires
IMG La piste qui sert de route aux populations.

Les grandes pluies sont de retour.  Bon nombre de quartiers de Libreville se transforment en un véritable  calvaire pour les populations. Un tour à Montalier-Bambouchine.

 

Par Wilfrid Kombé Nziengui

 

Inondations, routes impraticables, bourbiers…C’est un véritable calvaire dont font face les populations des quartiers de la capitale. A Montalier et Bambouchine (Nzeng-Ayong), au 6e arrondissement de Libreville, les habitants sont de nouveaux inquiets suite au retour de la saison des pluies qui  plonge  le réseau routier, du moins la piste qui sert de route principale, en terrain de patinage.

 

Long d’environ 4 km,  sur chaque mètre que compte cette voie, les nids de poule sont présents. Pour les transporteurs les plus téméraires c’est quasiment un suicide que d’exercer sur cette route impraticable en toutes les saisons.  

 

Bien que le prix du transport soit  arrêté à 200 Fcfa pour chaque passager, ce montant ne  comble pas les frais de réparation des véhicules. « La route de Montalier a été oubliée par les décideurs de ce pays en dépit    des travaux qui se sont arrêtés au Carrefour Alandji. Depuis des années, nous travaillons dans ces mêmes conditions. Les pouvoirs publics ont fermé les yeux face à nos conditions de vie. Ce que nous faisons comme recette, ne nous permet pas de nous prendre en charge d’autant plus que chaque jour, nous réparons les véhicules dont les frais nous sont assez élevés. C’est extrêmement difficiles de faire face à ce genre de situation », s’indigne un jeune transporteur.

 

En saison des pluies Montalier-Bambouchine devient quasiment inaccessible au point que pour sortir du quartier, comme pour s’y rendre, il faut prévoir deux paires de chaussures. « Lorsqu’il pleut il est difficile pour nous de sortir de la maison. Surtout lorsqu’il faut aller au travail ou à l’école. Généralement chaque habitant prévoit une paire de botte pour sortir de Montalier et une paire de chaussure que l’on porte une fois arriver sur le bitume », confie un habitant. 

 

La frustration de ces habitants est d’autant plus grande qu’il y a encore quelques années des travaux de réhabilitation de l’axe Carrefour Bambouchine-Débarcadère avaient été lancés mais ces travaux se sont arrêtés à la mise en place des trottoirs. Le reste du financement ayant pris une destination inconnue.

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires