IMG-LOGO
Accueil Article (Lambaréné): Les éléphants détruissent les plantations, les populations envisagent de porter plainte contre les Eaux et forêts
Société

(Lambaréné): Les éléphants détruissent les plantations, les populations envisagent de porter plainte contre les Eaux et forêts

par BITOLI Valérie - 04 Jul 2020, 08:23 161 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue des plantations détruites.

Le conflit homme-faune ne cesse de diviser et de susciter les tensions. Conséquence les coopératives agricoles des villages envisagent une action en justice contre le ministère des Eaux et forêts.

Ces derniers mois, les agriculteurs des villages, Ikolo et Mveye, dans le canton Beweni Diala, département de l'Ogooué et des Lacs, à une trentaine de kilomètres de Lambaréné, n'ont eu que leurs yeux pour constater les dégâts occasionnés par les éléphants. Plusieurs cultures vivrières ont été complètement détruites par les pachydermes, ruinant ainsi de nombreux agriculteurs. Voyant le fruit de leurs efforts voler en éclat, les coopératives agricoles impactées ont décidé de porter plainte contre le ministère des Eaux et forêts. Une action qui serait la conséquence, du mutisme dont fait montre, le ministère de tutelle.

 

Selon une source locale, c'est près d'une vingtaine de plantations ( bananes, tubercules…) appartement aux habitants desdits villages qui ont été complètement détruites par les éléphants. Regroupés au sein des coopératives agricoles, ils ont promis de porter l'affaire devant les autorités judiciaires.

 

Cette situation qui constitue un impact négatif pour l'agriculture paysanne, principale source de revenu des populations locales, ne cesse de diviser. On se rappelle  qu'il y a quelques mois, suites aux plaintes incessantes des populations de certains départements des provinces de la Ngounié, de la Nyanga, de l'Ogooué Maritime, du Woleu-Ntem, les élus des deux chambres du parlement  avaient débattu de cette question et avaient suggéré  la construction des barrières électriques.  Reste à savoir où est cette proposition ?

 

 

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires