IMG-LOGO
Accueil Article Les diplomates gabonais expulsés des résidences au Brésil : les choses de la honte !
Société

Les diplomates gabonais expulsés des résidences au Brésil : les choses de la honte !

par BITOLI Valérie - 09 Mar 2020, 16:27 207 Vues 0 Commentaires
IMG La lettre de l'ambassadeur envoyée au ministre.

Le Gabon vient d’être copieusement humilié. Plusieurs de ses diplomates affectés au Brésil ont été jetés à la porte pour non-paiement des résidences.

 

On a du mal à croire qu’une telle humiliation est faite aux diplomates d’un pays qui organise à longueur de journées des marathons, courses cycliste ou autres  caravanes politiques à coup de milliards de Fcfa.  Pourtant si,  les diplomates gabonais au Brésil viennent d’être expulsés, comme de vulgaires mendiants, des résidences qu’ils occupaient.

 

C’est le sens de la correspondance adressée par  l’Ambassadeur du Gabon au Brésil au ministre des Affaires étrangères. Dans un courrier daté du 28 février dernier, son excellence Jacques Moudoute-Belle saisit le ministre Alain Claude Bilié Bi Nze pour lui faire état de cette situation.  «  J’ai le regret de vous informer que dans l’après-midi du 27 février 2020, les diplomates gabonais au Brésil, suite à l’expiration du préavis d’expulsion, le 24 février dernier 2020, ont effectivement été expulsés de leur résidence respective ».  

 

Si l’ambassadeur du Gabon au Brésil se dit impuissant devant cette situation, il attend désormais du ministre des mesures pour palier à cette situation désagréable et honteuse. Sauf qu’Alain Claude mis  au courant de cette situation depuis, le 19 février dernier, n’a rien fait pour trouver une solution. Ce d’autant plus, qu’il disposait de tous les éléments nécessaires transmis par la représentation diplomatique. Simple négligence du ministre des Affaires étrangères ou aveu d’impuissance  d’un pays qui progressivement prend l’eau de toutes parts ?  Alain Claude est sommé de s’expliquer à défaut de déposer son tablier.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires