IMG-LOGO
Accueil Article Licenciements à Global Sourcing and Supply Gabon : Les déflatés roulés dans la farine montent au créneau
Culture

Licenciements à Global Sourcing and Supply Gabon : Les déflatés roulés dans la farine montent au créneau

IMG Les ex agents de Global Sourcing multiplient les sit-in.

5 ans après l’accord signé entre la direction, le liquidateur et le personnel de cette entité, force est de constater que les déflatés n’ont toujours pas eu gain de cause. En colère, ils sont montés au créneau, pour attirer l’attention des autorités.

 

 

En février et mars 2018, rappellent les déflatés, il y avait eu des négociations dans les locaux de Global Sourcing And Supply (GSS) Gabon, à Port Gentil. Lors de cette rencontre qui réunissait le liquidateur, les délégués du personnel et la Confédération démocratique des syndicats autonomes (syndicat majoritaire), il était question de procéder aux négociations pour le licenciement des agents et le paiement de leurs soldes de tout compte.

 

Il était question d’examiner tous les points de réclamation du personnel en vue de s’accorder sur les conditions de bonne séparation dans le cadre du projet de licenciement pour motif économique. Seulement, 5 ans après ces accords signés, force est de constater que les 407 déflatés ne sont toujours pas rentrés dans leurs droits. Or, l’entreprise promettait de payer les droits légaux, dans le « strict respect d’un échéancier ».

 

Si le premier échéancier, équivalant à 30 % de leurs acquis sociaux, a été payé, il y a que les paiements des 20 et 50 % de leurs droits, qui devaient être payés, le 20 juin et le 30 septembre 2018, n’ont jamais été respectés par le cabinet FIDUGE Suarl. Curieusement, ce cabinet a disparu, ainsi que son représentant Hugues Nganguila.

 

Les déflatés fustigent la lenteur du dossier traité par les magistrats du tribunal de première instance de Port-Gentil. « Ce que je sais, c’est que les actionnaires avaient remis de l’argent au liquidateur. Malheureusement, il ne l’a pas utilisé à bon escient. Ce que le tribunal de Port-Gentil devrait faire, c’est de mettre la pression sur Nganguila. Si nécessaire l’interpeller, afin qu’il solde le reste de nos droits. On n’a pas la possibilité de payer un avocat international, vu que pour nous déplacer, c’est des problèmes », a fait savoir Aimé Lucien Moussavou, un ancien employé de la société GSS.

 

Le montant total du paiement des droits légaux est de 1 milliard 500 millions de Fcfa. Face à cette situation, plusieurs employés sont déjà passés de vie à trépas. « Le liquidateur nous avait fait comprendre que l’entreprise était en faillite. Il est même parti jusqu’à rompre les contrats que la boîte avait avec différentes entreprises. Nous, nous voulions des propositions concrètes qui arrangeraient tout le monde. Selon le Code OHADA, il existe deux types de liquidation : la juridique et à l’amiable. Dès lors qu’ils ont décidé de la liquidation à l’amiable, elle doit aller à terme. C’est une boîte internationale et elle ne manque pas d’argent pour payer son personnel », fustige également un autre ex-employé.

 

Les déflatés promettent des actions fortes d’ici peu à Port Gentil, afin de pousser l’entreprise que dirige Olivier Fricot à payer leurs droits.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires