IMG-LOGO
Accueil Article Mairie d’Akanda : Où est passé le milliard de Fcfa de la vente de la parcelle n° 1/YA2 ?
Société

Mairie d’Akanda : Où est passé le milliard de Fcfa de la vente de la parcelle n° 1/YA2 ?

par BITOLI Valérie - 02 Jan 2021, 07:27 476 Vues 0 Commentaires
IMG L' affaire fait grand bruit à la mairie d'Akanda.

Où est passé le milliard de Fcfa issu de la vente de la parcelle n° 1/YA2 ? Cette question divise et serait  actuellement à l’origine de nombreuses empoignades au sein de la mairie d’Akanda. Ce d’autant que plusieurs responsables de l’ancienne équipe municipale sont mêlés à ce qui ressemble à un détournement de fonds doublé d’une escroquerie en bande organisée.

 

Luckas-Martial

 

Yvon Patrick Rombogouera, l’actuel maire de la commune d’Akanda, a décidé de rester silencieux sur le sujet. Sous prétexte que les personnalités, qui ont managé ce dossier, sont les mêmes qui ont milité pour son arrivée à la tête du Conseil municipal. N’empêche que l’affaire fait grand bruit actuellement, au point que les plus curieux sont prêts à donner les noms des auteurs de cette supercherie.

 

De quoi s’agit-il ?

 

Erigée en commune de plein exercice, la mairie d’Akanda avait acquis une parcelle n° 1/YA2 dans la perspective des investissements d’intérêts communs. Mais n’ayant pas les moyens pour procéder à l’aménagement de ladite parcelle, la mairie d’Akanda va prendre attache avec la société internationale leader building group (ILBG). Le maire du premier arrondissement au moment des faits n’est autre qu’Ernest Ogandaga, par ailleurs frère cadet de l’ancien  ministre de l’Economie et de la relance, Jean-Marie Ogandaga. Selon nos sources, c’est Ernest Ogandaga, qui a imposé ladite entreprise, qui avait pour représentant au Gabon, Georges Kassavi, par ailleurs consul honoraire du Bénin.

 

L’entreprise ILBG, en accord avec le collectif des populations de Malibé 2 concernées par le projet de viabilisation, va débuter les travaux d’aménagement de la parcelle de terrain n° 1/YA2 d’une superficie de 77 ha sur fonds propres. Sauf que la mairie d’Akanda ne disposait pas de fonds nécessaires, pour payer la facture des travaux de viabilisation réalisée par l’entreprise ILBG. Conséquence, la mairie décide de concéder à l’entreprise 5 hectares sur la parcelle. Les populations autochtones, quant à elles, vont garder 22 hectares et 3 000 m2 restants vont revenir au Conseil municipal.

 

La destination prise par le fameux milliard de Fcfa

 

Jusqu’ici, il n’y a pas de problème. Toutefois, par un mécanisme totalement opaque, plusieurs responsables de l’équipe municipale de l’époque mettent en vente la parcelle revenant aux populations autochtones. Scandale ! Les 22 hectares destinés aux populations autochtones sont vendus à la Caisse des dépôts et consignations (CDC) pour un montant d’un milliard de Fcfa. Reste que personne à la mairie ne saura la destination prise par le fameux milliard de Fcfa.

 

Si au niveau de la CDC, il est clairement indiqué que le milliard de Fcfa a été décaissé, l'entité refuse, cependant, de donner le ou les noms des bénéficiaires.

 

Mieux, lors d’une réunion à la mairie d’Akanda à ce sujet, l’ancien membre du gouvernement, Jean-Marie Ogandaga, avait piqué une colère noire devant les questions récurrentes, au point de déchirer les documents attestant de la vente. Il ne fallait pas être un clerc, pour comprendre que l’ancien ministre de l’Economie, mêlé dans plusieurs affaires de malversations, avait une petite idée de la destination prise par le milliard de Fcfa. Entre-temps, l’entreprise ILBG va, au regard de toute cette polémique, arrêter les travaux d’aménagement.

 

(Affaire à suivre…)

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires