IMG-LOGO
Accueil Article (Mandji Ndolou ) : Polémique autour d'un corps qui peine à être enterré depuis 3 ans
Société

(Mandji Ndolou ) : Polémique autour d'un corps qui peine à être enterré depuis 3 ans

par BITOLI Valérie - 24 Jun 2020, 10:27 440 Vues 0 Commentaires
IMG A Mandji Ndolou, les questions subsitent sur le décès de cette dame.

La situation reste d'avantage confuse pour la famille de la jeune femme de 28 ans, Honorine Lipeyani dont le corps est toujours dans l'une des chambres froides de la morgue de Mouila après son décès survenu dans une cellule de la gendarmerie.

Depuis bientôt 3 ans, les réunions entre les membres de la famille de dame Honorine Lipeyani se sont succédées les unes après les autres. Des rencontres avec les autorités judiciaires de la province de la Ngounié ont également eu lieu. Mais sans suite favorable.

 

 Rappels des faits

 

La jeune femme avait trouvé la mort dans une cellule de la gendarmerie locale dans des circonstances obscures quelques heures après son interprétation suite à une plainte déposée par sa rivale. C'est sur la base de cette plainte que les gendarmes vont convoquer les deux parties. Après donc leur audition, les gendarmes vont décider de les laisser partir. Mais une rixe va éclater entre la défunte et son mari. Toute chose qui va conduire la gendarmerie à les enfermer chacun dans une cellule. Sans trop savoir comment, Honorine Lipeyani va décédée quelques heures plus tard. Le corps inerte de la défunte gisait sur le sol dans la cellule. Le conjoint de cette dernière qui se trouvait dans sa cellule a été informé du drame. La nouvelle du décès, répandue dans la localité avait suscité l'émoi des populations qui voulaient en découdre avec les gendarmes. Pour éviter le pire, le commandant de brigade va être affecté ailleurs. Il se trouverait à Ndendé aujourd’hui.

 

 

À ce jour, les circonstances du décès restent indéterminées. La famille face aux zones d'ombre qui subsistent sur ce décès, se dit à bout des tracasseries. Pour elle, l'heure est venue de faire le point et de procéder aux obsèques  afin d'enterrer leur fille. Une équation qui du moins s'annonce très complexe puisque selon la famille, la facture que présente la morgue de Mouila avoisine les 5 millions de Fcfa. Qui de la gendarmerie et de la famille de la défunte va solder cette facture ? À cette question les parents de la défunte, démunis, déclinent cette responsabilité. Pour eux, cette tâche reviendrait à la gendarmerie de Mandji d'autant plus que leur fille a trouvé la mort dans des conditions suspectes dans une de leurs cellules.

 

« Nous avons entrepris toutes les démarches, nous avons cogné à toutes les portes sans succès. Nous sommes à la limite de notre patience. Nous continuons de réclamer la lumière de la justice et nous voulons enterrer notre sœur. Il y a quand même eu mort d'homme. Et cette situation ne peut pas être abandonnée sans que le voile ne soit levé. » indique le frère aîné de la défunte.

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires