IMG-LOGO
Accueil Article Marche pacifique, démission des élus…Mgr Mve Asseko lance la croisade contre la dépénalisation de l’homosexualité
Politique

Marche pacifique, démission des élus…Mgr Mve Asseko lance la croisade contre la dépénalisation de l’homosexualité

par BITOLI Valérie - 29 Jun 2020, 10:15 3051 Vues 2 Commentaires
IMG Mgr Jean Bernard Mve Asseko lance la croisade contre la dépénalisation de cette loi.

Le Vicaire émérite du Diocèse d’Oyem vient d’adresser un courrier au préfet afin de demander l’autorisation pour une marche pacifique contre la dépénalisation de l’homosexualité.

Cette affaire de dépénalisation de l’homosexualité prend une ampleur inquiétante au sein du pays.  A quelques heures  de l’adoption ou non du texte par le Sénat, à Bitam dans la province du Woleu-ntem, une croisade conduite par Mgr Jean-Bernard  Mve Asseko se met en place. Une action qui vise à non seulement organiser des marches pacifiques contre  la dépénalisation met aussi pour exiger la démission sans délais  des quatre «  déshonorables » députés issus de la localité qui   ne se sont pas opposés au passage de ce texte.

 

Dans  le courrier de demande d’autorisation envoyé au préfet, le Vicaire émérite du Diocèse d’Oyem indique que le récent vote de l’Assemblée nationale de la loi sur la dépénalisation constitue une infamie qui vient non seulement désacraliser notre dignité humaine mais aussi cracher sur nos valeurs les plus essentielles. 

 

L’homme d’église réputé pour son intégrité et son courage va plus en loin en relevant  qu’en inoculant ce violent poison dans nos racines traditionnelles et dans le sein de la Maternité allaitante, la représentation nationale actuelle s’illustre en disciple des Ténèbres et s’érige en grande architecte du chaos. Détruisant ainsi l’héritage de nos pères et le rêve de toute une Nation : celui de construire le Gabon prospère.

 

Pour Mve Asseko le peuple gabonais en général et les populations du Ntem en particulier doivent désormais faire face aux effets ravageurs de deux virus, créés dans les  laboratoires obscurs des gouvernants. Mais une chose est sûre, poursuit-il,  l’histoire ne retiendra pas que l’action cynique de nos gouvernants, elle retiendra surtout la réaction du peuple.  C’est dans  le sens de cette réaction, qu’une  marche était prévue, le dimanche 28 juin, pour demander l’abolition de la dépénalisation de l’homosexualité, l’abolition du mandat des quatre députés du Ntem et l’abolition de la mesure de fermeture des lieux de culte. 

 

Si  aux dernières nouvelles la marche pacifique n’a pu se tenir, faute d’autorisation,  les forces vives dans le Ntem comptent manifester  par divers moyens leur refus de voir cette loi entrée en vigueur.  «  Quel qu’en soit le prix, nous dirons NON ! » souligne le Vicaire d'Oyem. Dans le courrier, Jean Bernard  Mve Asseko informe en outre de ce que dès le début de la marche, les populations du Ntem acteront la fin du déconfinement. Le nord entre-t-il en rébellion contre le pouvoir central ? Attention à la poudrière. 

 

Partagez:

2 Commentaires

Fanny - Jun 30, 05:16

Voici un HOMME!!! Pas une omelette comme beaucoup d'autres ???? Espère de passoire que vous êtes ????????????

Oye Obame - Jun 30, 13:16

Le Gabon entier dit non a ces conneries satanique ,mon pere vous avez le soutien des gabonaise et nos prier et que le sang du christ vous protege .


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires