IMG-LOGO
Accueil Article (Mouila) Quartier Bavanga : bientôt la fin de la galère d’eau
Société

(Mouila) Quartier Bavanga : bientôt la fin de la galère d’eau

par BITOLI Valérie - 12 Nov 2020, 09:30 184 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue des tuyaux déployés pour l'adduction d'eau.

Le problème d’adduction en eau qui  se pose avec acuité dans la ville de Mouila, particulièrement au quartier Bavaga sera, sous peu, un lointain souvenir. Pour cause,  les travaux pour le ravitaillement de ce quartier de la capitale provinciale viennent d’être lancés par la Seeg.

 

Les habitants du quartier Bavanga dans le deuxième arrondissement de la commune de Mouila peine à s’approvisionner en eau potable. Depuis plusieurs années, ce quartier situé à l’entrée de la capitale provinciale    ne cesse de s’agrandir, des personnes s’y installent sans qu’il n’y ait une goutte d’eau dans les robinets. Ce, malgré les compteurs d’eau installés par les agents de la société d’énergie et d’eau du Gabon (SEEG).

 

Lassées par cette situation, les populations sont, à plusieurs reprises, montées au créneau pour dénoncer cette méprise de dame Seeg.  Une souffrance qui va prendre fin  avec le début des travaux lancés par la société en charge de l’adduction d’eau dans le pays.  « Je suis ici depuis plusieurs années et c’est le calvaire. Pour avoir de l’eau on s’abonne aux rares propriétaires qui ont des forages chez eux à défaut  d’avoir recours à des puits d’eau creusés derrière nos maisons. Aujourd’hui nous observons des travaux pour l’approvisionnement en eaux, c’est une bonne chose. Au moins nous ne paierons plus des factures d’eau pour le vent dans les compteurs  » indique   Martine Babongui, une   résidente du quartier Bavanga.

 

D’après un technicien, tout est mis en œuvre pour que les travaux puissent être achevés d’ici la fin de l’année 2020 : « La canalisation constitue la dernière étape de ces travaux avant  la connexion vers le château d’eau qui se fera dans bientôt. Nous sommes pratiquement vers la fin des travaux, mais le seul problème qui va nous ralentir c’est l’étape du découpage du bitume pour enterrer les tuyaux de canalisation et atteindre le château d’eau ».

 

En attendant d’avoir à savourer les premiers verres d’eau dans les  robinets, les populations de Bavanga  se contentent  des réserves d’eaux des dernières pluies.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires