IMG-LOGO
Accueil Article Moukagni Iwangou : l’humiliation comme rançon de la trahison
Politique

Moukagni Iwangou : l’humiliation comme rançon de la trahison

par BITOLI Valérie - 17 Jul 2020, 18:38 1491 Vues 0 Commentaires
IMG Moukagni Iwangou limogé du gouvernement.

Il prétendait en claquant les portes de l’opposition apporter une nouvelle offre politique au sein du régime en place, deux ans après Moukagni Iwangou est remercié du gouvernement en dépit de cette « noble » vision.

Il est vrai qu’il ne faut pas insulter l’avenir. Surtout pas en politique. Mais  Jean de Dieu Moukagni Iwangou aura du mal à se relever politiquement de ce limogeage du gouvernement. Brillant juriste, excellent rhéteur, l’opposant entré au gouvernement en mai 2018 n’aura pas pu ou su s’imposer comme un poids lourd politique indispensable pour le régime qui l’avait débauché avec fracas du camp en  face.   

 

Son brillant  échec aux élections législatives de  2018 à Mouila et le poids plume, voir inexistant,  de sa formation politique  auront davantage contribué à la chute de l’ex-président du Front de l’opposition.  Sa volonté d’apporter une  nouvelle offre politique au sein de la majorité au pouvoir n’aura pas suffit à convaincre ses nouveaux amis à le garder dans le gouvernement.

 

 On ne pourra cependant  lui faire grief du marasme au sein du département de l’Enseignement supérieur tant la tâche dans un contexte difficile était impossible.

 

Ces militants et soutiens pourront toujours se consoler en estimant qu’il paie surtout les frais de la volonté du protégé de la première dame,  Patrick Mouguiama Daouda, de récupérer les deux départements (Education et  Enseignement supérieur).  En tout cas, Moukagni-Iwangou a au moins appris qu’il est difficile de changer un régime de l’intérieur à moins de se compromettre soi-même.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires