IMG-LOGO
Accueil Article Nkoghé Bekalé convoqué au B2 : Le fake news mais la descente aux enfers
Politique

Nkoghé Bekalé convoqué au B2 : Le fake news mais la descente aux enfers

par BITOLI Valérie - 29 Jul 2020, 09:03 306 Vues 0 Commentaires
IMG Julien Nkoghe Bekalé au plus mal.

L’ancien Premier ministre n’est nullement convoqué par les services des contre-ingérences, le document circulant sur la toile étant un vrai-faux. N’empêche que cet acte révèle la volonté de ses détracteurs d’en finir politiquement avec lui.

Viré sans avoir pu  dire au revoir de manière officielle  à son « employeur » Ali Bongo, Julien  Nkoghé Bekalé n’a surtout pas voulu faire de vagues autour des conditions peu respectueuses de son éviction à la tête de la Primature.  En bon Pédégiste discipliné, il a appliqué le protocole d’au revoir.   Remercier le président de la République pour « la confiance » avant de procéder à la passation de charges.  

 

Mais alors que l’ancien PM attend la prochaine rentrée parlementaire  pour aller siéger à l’Assemblée nationale, plusieurs de ses détracteurs veulent plutôt le voir prendre la route de la prison centrale. Au point que depuis hier, une vraie-fausse convocation  de la Direction générale des contre-ingérences et de la sécurité militaire (DGCISM) à son encontre, circule sur la toile.  Le document ne contenant aucune date de convocation  et de numéro de porte a vite fait d’être confirmé par les sources policières comme une pale reproduction.   

 

Dans l’entourage de Julien, l’heure dit-on, est à sérénité, même si en coulisses beaucoup ne comprennent pas les raisons cette éviction avec armes et bagages du gouvernement. Puisque même les ministres  proche de lui,  notamment, Françoise Assengone Obame (délégué aux Travaux publics)  et  Christian Menvie Obame (délégué au Pétrole)  ont été aussi éconduits du gouvernement pour  faire la place à Camélia Ntoutoume Leclercq (délégué à l’Enseignement supérieur et à l’Education nationale). Celle qui occupait jusqu’à présent le poste de conseiller du président de la République n’était d’ailleurs pas portée en grande estime par Julien. Il avait peut-être compris très vite que la diplômée  de l’ENA de Paris, par ailleurs Fang de l’Estuaire, représentait déjà une menace politique pour lui.

 

Comme un  bégaiement de l’histoire, celui qui n’a pas hésité hier à crucifier son mentor politique, Paul Biyoghé Mba, amorce peut-être sa descente aux enfers.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires