IMG-LOGO
Accueil Article Noureddine Bongo Valentin : Coordinateur générale des Affaires présidentielles
Politique

Noureddine Bongo Valentin : Coordinateur générale des Affaires présidentielles

IMG Noureddine Bongo

En marche vers la monarchisation du Gabon ?

La nomination au Conseil des ministres du 05 décembre dernier de Noureddine Bongo provoque une onde de choc dans l’opinion,  le régime est désormais accusé de préparer une succession dynastique.

En 1789, Louis XVI et Marie Antoinette d’Autriche enivrés par l’exercice d’un pouvoir absolu en France n’avaient pas compris qu’il y a des limites à ne pas franchir dans la gestion d’un pays, la suite est connue de tous : la révolution française et la guillotine pour le dernier monarque à avoir habité le château de Versailles. Il est vrai que le Gabon, qui est une République indivisible, laïque, démocratique et sociale, n’a strictement rien à voir avec l’ancienne royauté française, toutefois, il n’en demeure pas moins que l’évolution de l’actualité politique laisse craindre un projet de succession monarchique au sommet de l’Etat. C’est du moins l’avis de plusieurs acteurs politiques de l’opposition et de la société civile libre, qui voient en la nomination de Noureddine Bongo Valentin, au poste de Coordinateur générale des affaires présidentielles, la préparation de passage de témoin entre Ali Bongo et son fils.

 

Le poste taillé sur mesure va permettre à Noureddine Bongo d’assister son père « dans la conduite des affaires de l’Etat » et de « veiller à la stricte application de ses décisions ». Autant dire que le fils Bongo aura des missions qui outrepassent largement celles d’un Vice-président de la République ou d’un directeur de cabinet. Avec un Ali Bongo affaibli par un AVC, c’est le fils qui aura désormais les clefs de la maison Gabon avec des pleins pouvoirs.

Inacceptable, clame-t-on dans l’opposition. Noël Bertrand Boudzanga, universitaire et membre du Collectif Appel à Agir en appelle à la mobilisation générale contre ce projet funeste : « Le monde est un rapport de force. La production d'un Noureddine Bongo procède de ce rapport de force. Il appartient au Peuple de s'instituer et d'agir en conséquence. Les universitaires, les enseignants du 1er et du 2nd degré, les magistrats, les médecins, les technocrates, les corps religieux et les citoyens de tous ordres doivent dire NON à la dynastie au pouvoir. Il est urgent d'agir maintenant. Et pourquoi pas commencer par une grève générale des travailleurs ! ». Le ton est quasiment le même de la part de l’ancien Vice-premier ministre, Bruno Ben Moubamba qui y voit l’aboutissement « d’un coup d’Etat » scellant le passage du régime Bongo Ondimba à celui de Bongo Valentin.

 

Le 06 novembre dernier, le Rassemblement pour la patrie et la modernité monte à son tour au créneau. Au terme d’une réunion de conseil exécutif, le parti mené par Hugues Alexandre Barro Chambrier dénonce une provocation de trop. Tout en appelant à la vacance du pouvoir eu égard à la tambouille politique au sommet de l’Etat, le RPM voit en la nomination du fils de Sylvia, le début d’un processus de monarchisation du Gabon.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires