IMG-LOGO
Accueil Article Nziengui Madoungou aux arrêts : portrait d’une pègre au Palais !
Politique

Nziengui Madoungou aux arrêts : portrait d’une pègre au Palais !

par BITOLI Valérie - 29 Jan 2020, 12:05 654 Vues 0 Commentaires
IMG Nziengui Madoungou désormais dans les géoles du B2.

L’ex conseiller occulte d’Ali Bongo a été arrêté et séjourne depuis, plus d’une semaine, au B2. Portrait d’un homme à l’ascension fulgurante.

Les plus gentils disent de lui qu’il n’a jamais dépassé le cap du CM2, d’autres plus virulents parlent d’un homme qui dès la troisième année primaire, c’est à dire la classe de CE1, aurait  sucé l’encre et divorcé officiellement avec l’école. En réalité, le parcours scolaire d’Alfred Nziengui Madoungou est aussi flou que les circonstances récentes de son arrestation. 

 

Actuellement détenu dans les geôles des services de la Contre ingérence militaire, couramment appelées B2, personne à ce jour ne peut dire avec exactitude les motifs pour lesquels l’ex conseiller occulte d’Ali Bongo est aujourd’hui derrière les barreaux. Mais une chose est, à peut prêt sure, Alfred Nziengui Madoungou (pour les intimes V Mad) a été arrêté, il y a plus d’une semaine, pour des affaires en lien avec des crimes de sang et prélèvements d’organes.  Le quotidien l’Union dans sa livraison du jour parle, par exemple, de ce meurtre commis en 2014 par des proches de « V Mad ». Lesquels avaient été inculpés par le tribunal de première instance de Mouila non sans avoir cité au préalable « V Mad » comme le principal commanditaire de cet assassinat.

 

A l’époque  le natif de Mimongo et, par ailleurs cadre du Parti démocratique gabonais (Pdg), n’avait pas été inquiété. Les magistrats, sans doute par peur de représailles, n’avaient pas ouvert un dossier d’inculpation contre celui qui était au moment des faits conseiller à la présidence de la République. 

 

A tort ou à raison, plusieurs sources au Palais révèlent que « V Mad » était un proche parmi les proches de l’ex directeur de cabinet, Maixent Accrombessi. Les mêmes sources racontent qu’il était très apprécié pour son accointance pour les pratiques fétichistes et magico-spirituelles.  D’ailleurs, c’est cette expertise  qui vaut à  ce quasi illettré son ascension fulgurante dans le cercle très fermé au sommet de l’Etat. A telle enseigne que cité par le journaliste Jonas Moulenda dans une affaire de crime rituel, l’homme va s’autoriser de menacer et pourchasser en toute impunité le directeur de publication de l’hebdomadaire Faits divers à l’époque. Jonas n’aura la vie sauve que grâce à certaines de ses connaissances qui vont l’exfiltrer du Gabon.

 

C’est  que l’homme est aussi bien réputé pour son arrogance que pour sa proportion à jeter à la face du monde sa richesse. Comme une vengeance sur la vie qui ne lui a pas cadeauté d’une très grande intelligence académique, l’homme va prouver à ses voisins du quartier  derrière l’hôpital Militaire que l’on peut devenir très riche par d’autres chemins que celui du banc de l’école ou d’autres activités licites. Affichant aux yeux des populations un train de vie opulent, luxuriant, copieux. Ses voisins, racontent à qui veut l’entendre, que « V Mad » n’avait même plus de place dans sa somptueuse villa du Pk9 pour parquer  ses véhicules de grandes marques. 

 

A Mimongo dans son bastion politique, l’homme était autant aimé que détesté.  Adepte de la politique des dons à tout-va, l’arrivée de  « V Mad » dans le chef-lieu du département de l’Ogoulou était célébrée avec faste par des populations plongées dans la plus grande pauvreté. Normal, que sans trop de difficultés, l’homme ait réussi à faire gagner la liste Pdg lors des dernières élections locales.  Seulement, les mêmes populations apeurées prenaient le soin de garder à l’abri leurs progénitures. Curieusement, l’arrestation d’ Alfred Nziengui Madoungou intervient au moment où le pays vit au rythme de la psychose relative aux enlèvements d’enfants. Ceci, explique-t-il cela ? A chacun son avis.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires