IMG-LOGO
Accueil Article (Opposition) Serge Maurice Mabiala et Alexandre Barro Chambrier : Les raisons d’un divorce !
Politique

(Opposition) Serge Maurice Mabiala et Alexandre Barro Chambrier : Les raisons d’un divorce !

par BITOLI Valérie - 04 Jan 2021, 19:23 829 Vues 0 Commentaires
IMG Le divorce est consommé entre les deux figures de l'opposition.

Le fait ne relève  pas de la rumeur.  Serge Maurice Mabiala vient de quitter avec armes et bagages le Rassemblement pour la patrie et la modernité (RPM). Parti de l’opposition dans lequel le député du siège unique du 1er arrondissement de la commune de Mouila occupait jusqu’à ce jour le poste  de Secrétaire  exécutif   adjoint. 

 

D’après les sources internes au parti,  Mabiala  avait fait parvenir depuis le mois de septembre 2020 sa lettre de démission aux instances du parti en  récusant    l’organisation du congrès extraordinaire organisé les 5,6 et 7 avril 2019.  Lequel congrès actait le changement de dénomination du parti. L’élu de Mouila estimaît ainsi que ce changement pourrait entrainer la perte du mandat des élus sous les couleurs du RHM.  Est-ce cette crainte qui a emmené Mabiala  à rejoindre les rangs du RHM « tendance » Michel Menga au  poste de Secrétaire Exécutif ? Sans aucun doute.

 

Surtout que cette démission est rendue officielle  à l’issue du congrès « de clarification » organisé par Michel Menga.  L’actuel ministre de la Culture qui ne cesse de réclamer la paternité du RHM bien qu’ayant fait son entrée au gouvernement, estime que le changement de dénomination du parti acte le départ d’Alexandre Barro Chambrier et ses soutiens.  Du coup, l’élu de la Noya va pousser le bouchon de l’outrecuidance en faisant parvenir aux différents élus du RPM des lettres d’invitation. Histoire, dit-on, de les emmener à adhérer à sa formation politique.  

 

Autre raison inavouée de cette démission, la guerre de leadership que se livrait  en sourdine Mabiala et Barro Chambrier. Si l’élu de Mouila n’a jamais accepté de jouer les seconds rôles dans le parti dont il réclame être l’un des membres-fondateurs, le président du RPM a quant à lui toujours tenu à affirmer son autorité au point de créer chez ses compagnons des frustrations.   

 

Au Centre-ville, siège du RPM,  la décision de Mabiala est perçue comme une « haute trahison ».  « Si la raison de ce départ est la crainte de la perte de son mandat, elle ne doit plus se posée  puisque  le ministère de l’Intérieur vient de reconnaître de manière officielle le changement de la dénomination du parti.  Le RHM étant mort, les élus sont automatiquement des élus RPM. Il n’y a donc aucun souci dans l’interprétation de la loi, sauf à vouloir  faire dans la diversion » souligne un responsable du parti.  

 

Et la même source de rajouter : «  Lorsque  la lettre de démission est parvenue au parti en septembre, nous avons estimé  que l’on pouvait régler ces petits différents en interne sans avoir à en arriver là. C’est pourquoi le parti n’a pas donné une suite à la correspondance envoyée par Mabiala.  Nous sommes surpris qu’il la rende officielle, la preuve qu’il avait muri sa décision. Nous prenons acte et continuons notre chemin dans l’opposition ».     

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires