IMG-LOGO
Accueil Article Passage en grade à la police : mécontentements et frustrations dans les unités mobiles !
Société

Passage en grade à la police : mécontentements et frustrations dans les unités mobiles !

IMG La Police Nationale Gabonaise.

Le nouveau tableau d'avancement en galons des agents de la police nationale, rendu public, le vendredi 31 décembre 2021, au haut commandement en chef, suscite colère et indignation dans plusieurs unités mobiles de ce corps. Ces derniers accusent le ministre de l'Intérieur, Lambert Noël Matha et le commandant en chef de la police nationale, Serge Hervé Ngoma, de militer pour la médiocrité en faisant la promotion de leurs proches au détriment des agents proposés par les chefs d'unité dont le choix était basé sur des critères de mérite.

 

Par Klaïde Konzieka

 

Comme il est de coutume au sein des forces de défense et de sécurité, au début de chaque année, chaque corps rend publique la liste des nouveaux promus. Une tradition qui a été respectée cette année à  la Police Nationale. Mais, contrairement à ce que nombreux agents attendaient, la liste des avancements en galons a plutôt  révélé la mascarade et le désordre orchestrés en haut lieu.

 

Les agents accusent, sous cap, le ministre de l'Intérieur et les officiers supérieurs  en service au commandement en chef d’avoir privéligié les parents amis et connaissances  au détriment des agents affectés dans les unités mobiles. Lesquels agents, de nuit comme de jour, sont sur le terrain au sein de la capitale et  à l'intérieur du pays. «  A croire que nous ne servons que pour le sale boulot. Alors que certains  portent les galons chaque année, nous nous passons plus de cinq ans avec le même grade », fustige un sous-officier.

 

Cette année l’injustice est d’autant plus  perceptible par le nombre insignifiant d'agents promus au sein de ces unités mobiles.  Exemple, à  l'unité spéciale d'intervention ( USI), l’on enregistre  tout juste deux promotions. C’est le  même nombre  au commissariat de Belle-vue 2 ainsi qu’ à la Direction de la sûreté urbaine (DSU). Quand, à  la Direction de la sécurité publique (DSP), l’on enregistre 4 promotions alors qu’ à la brigade anti-criminalité de Sogatol, il n’y a juste qu’un seul agent qui est  passé en grade.

 

« Nous ne comprenons pas sur quels critères de sélection ont été promus les agents dont les noms figurent sur les listes affichées au  commandement en chef. C'est une déception totale de savoir que notre hiérarchie fait dans la promotion des moins méritant. Pour qu'un policier ( sous-officier en l’occurrence) soit élevé en galons, il faut qu'il obtienne une note minimale de 15 en plus  d’avoir au moins 5 ans d'ancienneté et  ne pas avoir reçu de blâmes. Or nombreux des agents promus ne respectaient  pas lesdits  critères », se désole un agent.

 

Voilà  qui n’est pas fait pour ramener l’ordre dans un corps décrié pour de nombreuses carences dans les missions de maintien de l’ordre et de la sécurité publique.

 

(A suivre)

 

 

 

 

Partagez:

5 Commentaires

Klaribenn - Jan 05, 09:22

Très décevant et REGRETABLE de recevoir comme récompenses des frustrations

Kariben - Jan 05, 09:27

A en croire que ce genre de comportements émanent des plus hautes hiérarchies.Comment expliquer que quelqu'un va faire 7 ans avec le même galon,aucun blâme ni autres??Et sert nuits et jours avec dévouement aux tâches ou la vie du fonctionnaire est en perile.Aucune décoration,ni fellicitations,ni gallons bien au contraire plus de travail acharné !

Émane Valentin - Jan 05, 09:59

Nous ne pouvons pas criéer haut mais il est vrai que beaucoup ont mal le cœur blessé et meurtri nous encaissons en silence il y'a des personnes qui mettent leurs vies en danger et qui avaient de l'Amour pour ce métier qui aujourd'hui ont perdu cette amour qu'ils avaient pour ce travail il y'a des agents de la 95,97,2003,2004,2008 qui sont la depuis plus de 7 voir 8 ans avec le même galon essayer d'infiltré Les différents unités vous allez découvrir qu'il y'a même certains qui ont été en prison mais qui ont porté nous sommes obligés de se taire car il nous n'avons pas le droit de nous plaindre d'autres moyenne quelques choses.s'il-vous-plait je ne voudrais pas être cité j'espère que nous sommes vraiment en confidence et que nos identité ne sera pas révéler merci de parler à notre place

KASSA KASSA - Jan 05, 19:34

Merci pour la tribune, je suis de la promotion 1993, en cette année 2022, j'aurai 54 ans, je viens de passer 7 ans avec le même galon de brigadier chef major, j'avais espéré passer lieutenant cette année 2022 pour avoir de l'ancienneté dans le grade mais hélas, puisque selon le destin, et surtout une certaine logique humaine je n'ai pas rempli les conditions malgré les propositions de mes chefs directs. En résumé j'ai été médiocre . Qui est l'auteur de cette d'échéance à la police nationale au Gabon ? Il me reste 2 ans d'activité avant d'aller à la retraite, vous la tribune criez notre frustration même si LA HONTE NE TUE PAS AU GABON

Ntoutoum ntoutoum - Jan 07, 11:27

C'est vraiment avec beaucoup de peine que j'écris ce message !! Je suis de la promotion 2015!! Je suis sous-brigadier sorti de l'école !! Recruter avec le Bac!! Je parle au nom de la majorité cela nous fait déjà plus déjà 6 ans de galons!! Et au vue de ce qui se passe rien ne laisse penser qu'en 2023 nous serons promus!! Les textes d'avancement en galon changent chaque année avec toujours des exceptions que celle les parents de notre hiérarchie remplissent!! Il y a qu'eux à remplir les exceptions !! On ne connaît plus combien d'années devint nous faire avec un galon tellement les textes sont d'une ambiguïté qui ne dit mot. A cette allure beaucoup de nos classes et moi peut être feront 10 ans de sous brigadier !! Peut être devront nous porter nos préoccupations au conseil d'Etat?


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires