IMG-LOGO
Accueil Article Plan social à la GOM : Le ministre Massasa bloque-t-il le réembauche des agents licenciés ?
Economie

Plan social à la GOM : Le ministre Massasa bloque-t-il le réembauche des agents licenciés ?

par BITOLI Valérie - 21 Nov 2020, 07:07 193 Vues 0 Commentaires
IMG Vincent de Paul Massasa, ministre du Pétrole.

Alors que les discussions liées au montant des droits légaux des anciens employés de Gabon Oil Marketing  (GOM) n’ont, pour l’heure,  pas abouti à un accord,  l’actuel ministre du Pétrole, Vincent de Paul Massasa, est ouvertement accusé de bloquer le processus de réembauche desdits agents dans les autres filiales de la Gabon Oil Company (GOC).

 

C’est du moins l’information rendue publique par  Africa Intelligence dans son édition du vendredi 20 novembre dernier.  Le média relève que, d’après plusieurs sources,  le ministre Massassa a lui-même ordonné en fin octobre l’arrêt du processus de recrutement interne pour une quarantaine de postes vacants      au sein de Gab’Oil ( distribution) et Soleo ( transport). Des postes  pour lesquels les agents de la GOM avaient postulé.

 

Quelles sont les raisons de cette attitude étrange du ministre du Pétrole ? Une vieille rancune à l’égard d’Arnaud Engadji, ancien directeur général de la GOC, qui d’après le média, avait largement contribué à l’ éviction de Massassa du poste de directeur général des hydrocarbures en fin 2017, lui faisant ainsi payer son opposition à la création de la GOM. Le ministre reproche également  aux employés de  cette filiale largement déficitaire d’avoir gardé le silence sur  les activités de leurs dirigeants, dont le management a conduit la société au bord du gouffre financier, fait remarquer Africa Intelligence.

 

Des révélations qui ne sont pas faites pour améliorer le climat déjà tendu entre l’Organisation nationale des employés du pétrole (ONEP) et l’autorité gouvernementale sur ce dossier.  Sylvain Mayabi Binet (Secrétaire général de l’Onep) et les siens sollicitent  des mesures d'accompagnement  à hauteur de 2,5 milliards de Fcfa.

Une offre que ne semble pas  vouloir valider la direction de la GOC et le membre du gouvernement,  ces derniers pensent que le paiement d’un tel montant viendrait davantage  creuser la dette de la GOC.

 

(A suivre)

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires