IMG-LOGO
Accueil Article Procès de Magloire Ngambia ; le rendez-vous de la vérité n’a pas eu lieu
Société

Procès de Magloire Ngambia ; le rendez-vous de la vérité n’a pas eu lieu

par BITOLI Valérie - 22 Jun 2020, 21:02 195 Vues 0 Commentaires
IMG Une vue de la salle d'audience.

Prévu s’ouvrir de ce lundi, le procès de Magloire Ngambia a été une nouvelle fois reporté à la prochaine session criminelle.

Libreville, le lundi 22 juin.  Près d’un mois après le début de la session criminelle, s’ouvre ce jour,  le procès le plus attendu de cette édition ;  l’affaire Magloire Ngambia. Cet ancien ministre des Travaux publics accusé d’un détournement de 4 milliards de Fcfa et des faits de corruption passive, de blanchiment de  fonds et de passation de marché illégale était attendu ce jour à la barre.

Covid-19 oblige, des mesures de sécurité sont strictes à l’entrée du Tribunal de Libreville. Lavage des mains et prise des températures obligatoires au portail en plus d’un deuxième contrôle à l’entrée de la salle d’audience. Il est 8 heures passés de 15 minutes quand la salle d’audience ouvre ses portes pour laisser découvrir un important dispositif technique de retransmission en visioconférence.  Plusieurs écrans plasma, des tablettes et écouteurs aux bancs des avocats.  

 

Les raisons ? Il ne faut pas chercher loin pour découvrir qu’il s’agit d’un dispositif technique pour permettre l’intervention et le suivi des débats par les avocats du prévenu, Magloire Ngambia. Quelques jours avant l’ouverture du  procès ces derniers avaient dénoncé la violation des droits de leur client estimant que ce procès ne pouvait avoir lieu en l’absence de toute sa défense. Or, du fait du Covid-19, ils n’ont pu effectuer le déplacement de Libreville. Même si sur  place, Me Alice Ondo défend les intérêts de Ngambia.   

 

Les heures passent, le procès tarde pourtant à s’ouvrir. Bien que dans la salle, l’on enregistre déjà la présence de témoins clés comme l’ancien ministre et directeur général du budget, Yves  Fernand Mamfoumbi. Il est accompagné par son avocat,  l’inénarrable Jean Paul Moubembé. Il est 9 heures 30 minutes, la sonnerie annonçant l’entrée «  de la cour » vient de retentir. Les personnes présentes dans la salle se mettent tous debout par respect à l’entrée des juges de la Cour criminelle spéciale.

 

D’une voix ferme, la présidente du tribunal prend la parole pour indiquer qu’à la demande des avocats du prévenu, Magloire Ngambia, le procès est reporté à  la prochaine session criminelle. Autrement dit, il faut attendre l’année prochaine pour peut-être connaître la fin de ce feuilleton judiciaire. Entre temps, l’ancien ministre va prolonger son séjour à Gros-bouquet. Le rendez-vous de la vérité n’aura pas lieu aujourd’hui. Dommage !

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires