IMG-LOGO
Accueil Article Rétrécissement de l’espace civique au Gabon : La société civile lance une campagne nationale de sensibilisation
Politique

Rétrécissement de l’espace civique au Gabon : La société civile lance une campagne nationale de sensibilisation

IMG Blanche Simmoy Abeghe ( au centre), Responsable de La Dynamique OSCAF-Gabon.

A deux ans la prochaine élection présidentielle, le régime d’Ali Bongo ne cesse de prendre une série de dispositions visant à verrouiller l’espace public et restreinte les libertés individuelles.  Pour preuve,  le 15 août 2020, le gouvernement gabonais a adopté deux projets de décrets portant sur les modalités d’application de la loi n°35/62 relative aux associations (OSC). Ces dispositions visent, entre autres, à soumettre à toute activité publique des organisations de la société civile (OSC)  à une autorisation préalable du ministère de l’Intérieur et à contrôler et réduire le financement des OSC par des partenaires extérieurs.

 

 De toute évidence, alors que la société civile gabonaise attend depuis près de 6 ans que la nouvelle loi encadrant les OSC au Gabon soit adoptée par le parlement, le gouvernement a plutôt choisi de renforcer le dispositif déjà répressif et restrictif de la loi 35/62 qui aujourd’hui constitue une menace pour l’environnement et l’espace civique des OSC au Gabon.

 

La société civile ne compte pas se taire devant le recul manifeste des libertés dans le pays. Pour sonner le tocsin  la Dynamique OSCAF-Gabon, organisation de la société civile que dirige Blanche Simony Abeghe, lance  une campagne nationale dont l’objectif est de contribuer à l’amélioration de l’environnement et de l’espace civique dans le pays tout en fédérant les acteurs de la société civile autour d’un objectif commun.

 

Le but à terme, indique Blanche Simmony, est d’élaborer un plan d’action de plaidoyers pour lutter contre le rétrécissement de l’espace civique des OSC au Gabon. « Par ailleurs, les échanges prévus permettront aux participants d’exprimer de manière  spécifique comment le rétrécissement de l’espace civique impacte leurs activités. » indique la responsable de La Dynamique OSCAF-Gabon.

 

Notre action, poursuit Blanche Simmony Abeghe,  s’adresse aux OSC multisectorielles œuvrant dans la promotion et la défense des Droits Humains, à la lutte contre la corruption et la mauvaise gouvernance, aux organisations de défense des droits des femmes ainsi qu’aux principaux Partenaires Techniques et Financiers (PTF) et les institutions gouvernementales chargées du suivi des politiques publiques de développement et de la protection des Droits de l’homme. Pour ce faire, outre la campagne médiatique,  l’organisation d’un premier atelier   est prévue le 18 décembre prochain.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires