IMG-LOGO
Accueil Article Série d’enlèvements : entre psychose et justice populaire
Société

Série d’enlèvements : entre psychose et justice populaire

par BITOLI Valérie - 24 Jan 2020, 15:21 313 Vues 0 Commentaires
IMG Au Lycée de Nzeng-Ayong ce matin les élèves ont barricadé la voie pour protester contre la série d'enlèvements.

Alors que le gouvernement tend à minimiser l’ampleur du phénomène, la série d’enlèvements provoque désormais la colère des populations.

L’opinion demeure pantoise entre la récente déclaration du gouvernement qui tend à minimiser l’ampleur de la série d’enlèvements et la réalité dans les quartiers et villes du pays. Il ne se passe plus un jour sans qu’un cas d’enlèvement ne soit porté à la connaissance du grand public. Créant dans le pays une psychose qui désormais se traduit par des contestations de rues.

 

Dans la nuit d’hier, au quartier PK7,  les populations ont érigé des barricades sur la nationale 1 afin de dénoncer de nouvelles tentatives d’enlèvements d’enfants.  Les détachements de police ont usé de bombes lacrymogènes et assourdissantes pour disperser la foule avant de libérer la voie.   A Moanda, l’on annonçait encore  ce matin  la découverte du corps d’une petite fille  recherchée depuis quelques jours. Que dire de la disparition du petit Rinaldi à Bitam. Plus de deux semaines après les parents n’ont pas retrouvé leur bambin.

 

Dans un pays qui se dit sérieux, il y a longtemps que  ces différents cas auraient  emmené le gouvernement à prendre la mesure du problème et déclencher des mesures sécuritaires adéquates.  Au lieu de cela Julien Nkoghé Bekalé et son gouvernement s’engouffrent dans une sorte de politique de l’autruche tout en brandissant des menaces de poursuites contre les donneurs d’alertes sur les réseaux sociaux. Lamentable attitude d’un gouvernement totalement dépassé par la situation. Lequel gouvernement révèle au monde son incapacité à assumer l’un de ses rôles régaliens ; la protection des citoyens.

 

Face à la démission assumée du gouvernement : le risque d’une justice de la rue et par la rue pointe désormais à l’horizon. Dans certains foyers, c’est désormais la course aux achats des armes blanches : haches, couteux, machettes…tout est désormais bon pour assurer sa propre sécurité et celle de sa famille. Le risque de scènes de lynchage populaire, de destructions de biens, d’affrontements armés entre populations et forces de l’ordre… est réel. 

 

Pire, des marches de contestations contre ce phénomène sont depuis quelques jours annoncées sans que l’on ne sache les identités des organisateurs laissant craindre, là aussi, des manœuvres sordides de récupérations d’un phénomène qui installe la psychose dans le pays. En tous les cas, le pays tout entier est entrain de sombrer.

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires