IMG-LOGO
Accueil Article Société : Mimongo au régime lampe tempete depuis une semaine
Société

Société : Mimongo au régime lampe tempete depuis une semaine

par BITOLI Valérie - 23 Sep 2020, 16:42 414 Vues 1 Commentaires
IMG Les populations de Mimongo menacent de reprendre le mouvement de contestation si rien n'est fait.

Depuis une semaine, les populations de Mimongo sont au régime lampe tempete. Une situation conséquence du mauvais état de la route qui empêche la circulation des camions citernes pour le ravitaillement en carburant.

Par Wilfrid Kombe Nziengui

 

Bientôt une semaine que les habitants de Mimongo sont privées d'électricité et d'eau. Pour cause, le mauvais état de la route qui ne permet pas aux camions citernes de livrer la Société d'eau et d'énergie (SEEG) en carburant pour le fonctionnement du générateur. Un véritable désagrément qui conduit ces derniers à opter pour le régime lampe tempête une fois  la nuit tombée. Face au manque d'eau dans les robinets, les habitants n'ont pas d'autres choix que de se résoudre à s’alimenter à la rivière ou à la source. Une souffrance eu égard à  la distance à parcourir avec des récipients à la main ou à la brouette. Un véritable calvaire pour les populations de cette partie du pays qui estiment qu'elles ont été abandonnées par les pouvoirs publics.

 

« Chaque jour qui passe la vie se complique. Les dirigeants de ce pays nous ont enlevé le droit à la vie. Si vous êtes privé, d'eau, d'électricité et même de la route, la vie pour vous n'est plus qu'un simple mot.  Vous vous rendez compte que pour combler le manque d’eau, à défaut de se contenter de l'eau de la pluie, nous nous rendons à la rivière. Tout cela avec des risques de maladies », explique un habitant de la petite ville des collines.

 

Dans les foyers,  les vivres ont été jetés dans les poubelles, les congélateurs ayant arrêté de fonctionner. Sauf pour certains boutiquiers qui ont pu  investir plusieurs années plus tôt dans l'achat des groupes électrogènes pour palier à ce genre d'éventualité. La situation est d’autant plus grave que les populations sont désormais coupées du monde faute d’utiliser les moyens de communication :  « Pour alimenter nos téléphones portables, il faut que l’on se rende  chez le boutiquier afin de recharger la batterie, mais moyennant une somme minimale de 500 FCFA (la charge) » souligne un habitant. 

 

L'indifférence des pouvoirs publics

 

Face au mutisme des autorités politiques, les populations de Mimongo menacent à nouveau de reprendre le chemin de la contestation comme ce fut déjà le cas au mois d’août 2019. Lors de ce mouvement les habitant de la localité étaient montées au créneau pour exiger un tronçon routier  praticable en toutes saisons, une revendication à laquelle s’ajoutait l'amélioration de leurs conditions de vie.

 

Une promesse de travailler tous les axes Mouila-Mimongo  en passant par Ekémbelé  Bilengui à Epamboa avait été annoncée. Plus d’un an après, il n’en est rien. La situation demeure la même.  Même si un semblant d'ensoleillement longuement médiatisé a laissé croire que les travaux publics de Mouila étaient à pied d'œuvre pour l'entretien de cette voie.

 

Or, depuis déjà 10 mois, l'axe Bilengui-Yeno en passant par Nombo est barricadé par de nombreux éboulements, occasionnant ainsi l'isolation des populations des 6 villages qui sont sur ce linéaire et qui ont commencé à immigrer vers les autres localités. Preuve de l’indifférence du ministre en charge des Travaux publics, Armel Bonda Balonzi lors de sa récente  dans la province de la Ngounié s'est arrêté à Fougamou, sa ville natale, refusant de se rendre à Mimongo et d'autres localités reculées de la Ngounié Sud. 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Partagez:

1 Commentaires

MACKITA Pierre - Sep 24, 12:05

Oh!! Dommage pour pauvre MIMONGO, ancienne belle et riche sous-préfecture de la NGOUNIE, mamelles du GABON et de l'AEF pour son diamant et son or. Que puis-je faire pour toi ? malgré quetous les jours que Dieu fait, il y a des détournements, des envois dans les paradis fiscaux à hauteur pas d'un mais des milliards de CFA, pourquoi faire souffrir autant d'êtres humains ??? Sachiez que nous n'avons rien enmené, tous a été trouvés comme don de Dieu ici, sur terre pour tous, un conseil vous les profito-situassionistes, partez avec dans vos tombes.... Trop c'est trop le Tout Puissant vous attend pour lui rendre compte.


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires