IMG-LOGO
Accueil Article (Tchibanga) Grève au Centre Hospitalier Régional Benjamin Ngoubou : Les agents exigent le paiement de 18 mois de primes de garde
Société

(Tchibanga) Grève au Centre Hospitalier Régional Benjamin Ngoubou : Les agents exigent le paiement de 18 mois de primes de garde

par BITOLI Valérie - 18 Dec 2020, 11:04 267 Vues 0 Commentaires
IMG Des fortes tensions au Centre Hospitalier Régional  Benjamin Ngoubou

Les agents de cette structure sanitaire ne décolèrent pas.  Après le dépôt,  il y a plus d’un mois, d’un préavis de grève, le personnel a décidé en début de semaine (le lundi O7 décembre) d’arrêter l’ensemble des activités. En cause, la non-satisfaction par  la direction du  Centre Hospitalier Régional  Benjamin Ngoubou  du cahier de charges. Notamment, le paiement de plus de 18 mois de prime de garde en plus de la solde de deux mois de salaires des agents de la  main d’œuvre non-permanente.  Une paralysie des activités qui a très vite suscitée la panique chez les autorités administratives de la province.   

 

 

Pour éteindre  le feu, le gouverneur de la province de la Nyanga, Nicole Nouhando,  a immédiatement convoqué une réunion avec l’ensemble  des responsables administratifs concernés par le dossier. Si la Caisse nationale  d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) va être dans un premier temps accusé d’être à l’origine  des tensions de trésorerie de l’hôpital, la direction provinciale de cette entité va clairement faire la démonstration qu’une enveloppe de près de 200 millions de Fcfa avait été débloquée au profit de la structure au titre des paiements des frais hospitaliers sur 4 mois.

 

 Une révélation qui va mettre le feu aux poudres. Pas de doutes, pour le personnel,  les 200 millions décaissés par la Cnamgs ont  pris une direction autre que celle destinée à la résolution des besoins de l’hôpital. Conséquence, les agents en colère vont décider d’abandonner   les médecins dans la prise en charge des malades. Pendant ce temps,  le directeur de l’hôpital, Youssouf Sidibé,  joue des subterfuges pour ne pas avoir à répondre aux revendications posées sur sa table. L’homme en prétextant de multiples missions sur Libreville gagne en temps sans soucier du calvaire des populations réduites  à effectuer le déplacement pour l’hôpital de Bongolo afin de recevoir des soins.  

(A suivre)

 

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires