IMG-LOGO
Accueil Article Tentative d’évasion : Les détenus ont bénéficié de la complicité des agents
Société

Tentative d’évasion : Les détenus ont bénéficié de la complicité des agents

par BITOLI Valérie - 28 Mar 2020, 07:41 635 Vues 0 Commentaires
IMG Des agents et des hauts gradés sont-ils impliqués dans cette affaire ?

C’est ce qui ressort du communiqué de la ministre de la Justice en rapport avec la tentative d’évasion de quatre détenus à la prison centrale de Gros-bouquet.

 

Alors que l’affaire fait  beaucoup de bruit, la réaction de la ministre de la Justice, Erlyne Antonella Ndembet,  était plus que jamais attendue afin d’édifier l’opinion sur les contours de la tentative d’évasion  qui a eu lieu, le 26 mars dernier, à la prison centrale de Libreville. Dans un communiqué  publié hier, vendredi 27  mars, la ministre informe de ce qu’il s’agit de quatre détenus qui ont tenté de s’évader aux environs de 14 h 30. Ces derniers, poursuit la ministre, étaient armés de deux revolvers de type calibre 12 et trois machettes.  Une révélation qui tout de suite glace les esprits. Comment des détenus ont pu détenir des armes  à feu et armes blanches alors qu’il y a  peine  plus de deux mois ( le 21 janvier dernier), la ministre et l’ensemble des autorités  de la Sécurité pénitentiaire ont eu à effectuer une fouille inopinée ?

 

En attendant la réponse à cette interrogation,  le ministère de la Justice a tenu à dévoiler les identités des quatre prisonniers qui ont tenté de se faire la malle. Il s’agit de :  Kevin Diango, gabonais, détenu pour coups mortels, association de malfaiteurs, détention et usage de cannabis ; Hans Boussougou Agaya, gabonais, détenu pour viol attentat à la pudeur évasion et violences, Fall Allioune Badara, sénégalais, détenu pour incendie volontaire, immigration clandestine et évasion, Juste Gauthier Olimbo, gabonais, détenu pour association de malfaiteurs, complicité de détention illégale d’arme à feu et tentative de vol à main armée.  Des faits d’armes impressionnants.

 

Questions : comment des bandits de ce niveau ont pu franchir les différentes barrières de sécurité ?  La réponse de la ministre est sans ambages, ces détenus, dont trois, ont pu franchir le portail central de la prison en menaçant de leurs armes les agents en poste, avant d'être très vite repris.

 

Seulement, souligne la ministre, il ressort des premiers éléments de l’enquête qui a été immédiatement ouverte que ces détenus ont pu bénéficier de la complicité de certains agents de la Sécurité pénitentiaire. «  Les quatre détenus auraient été extraits de leurs cellules en dépit des mesures restrictives mises en place dans le cadre de la lutte contre la propagation du Covid-19 en milieu carcéral », indique le communiqué. Avant de conclure, que  les agents mis en cause ont été mis aux arrêts de rigueur et l’enquête se poursuit afin d’établir les responsabilités des uns et des autres.

(Affaire à suivre)

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires