IMG-LOGO
Accueil Article « Tournons la page » : exige le retrait pur et simple du projet de modification de la Constitution au Gabon
Politique

« Tournons la page » : exige le retrait pur et simple du projet de modification de la Constitution au Gabon

par BITOLI Valérie - 22 Dec 2020, 10:56 177 Vues 0 Commentaires
IMG Les membres de Tournons la page.

Le projet de modification de la Constitution annoncé le vendredi 18 décembre dernier par le gouvernement  n’a pas fini de soulever les réactions de protestation.  Si sur le plan local, les organisations de la société civile libre et les membres de l’opposition ont appelé les populations à la mobilisation à l’occasion d’un meeting organisé, le samedi dernier, au siège du Pour le Changement (PLC), sur le plan international c’est la Campagne Tournons la page qui vient d’en appeler au retrait pur et simple de ce projet.  

 

C’est le sens  du communiqué rendu public hier, lundi 21 décembre 2020.   La plateforme qui  prône pour  l’alternance et l’instauration  de la démocratie  dans les pays d’Afrique indique que cette «  énième modification par projet de loi et non par referendum constitue un profond recul démocratique pour un pays qui étonnamment  a été élu membre du Conseil des Nations-Unies pour les droits de l’Homme ».

 

De ce fait, Tournons la page indique dénoncer la légèreté avec laquelle la Constitution de la République, socle du vivre-ensemble du peuple gabonais, est une fois de plus modifiée au seul gré d’une minorité de privilégiés. Non sans avoir à relever que  ce projet de modification est une violation du principe de la séparation des pouvoirs consacré par l’article 5 de la Constitution gabonaise, en permettant au Président de la République qui relève du pouvoir exécutif  de nommer des sénateurs qui eux relèvent du pouvoir législatif.

 

Conséquence, le mouvement panafricain en appelle les parlementaires au sens républicain tout en les renvoyant à leur propre responsabilité devant l’histoire. Tournons la page invite par ailleurs, l’ensemble des acteurs de la société civile libre, les leaders d’opinion, les acteurs politiques de la majorité et de l’opposition à tout mettre en œuvre pour éviter que ce projet de loi ne prospère.

 

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires