IMG-LOGO
Accueil Article « Un deuxième héritier entre à la présidence » : Les Bongo-Valentin porte plainte contre Africa Intelligence
Politique

« Un deuxième héritier entre à la présidence » : Les Bongo-Valentin porte plainte contre Africa Intelligence

par BITOLI Valérie - 26 Nov 2020, 12:41 1255 Vues 1 Commentaires
IMG Ali Bongo et ses enfants.

Dans son édition du mercredi 25 novembre dernier, le média  Africa Intelligence fait une révélation sur la famille présidentielle.  Jalil Bongo, second fils du président  gabonais, Ali Bongo, aurait d’après L’ex « Lettre du Continent »,  interrompu les études qu’il menait à la George Washington University pour intégrer la force chargée de la sécurité du Palais du bord de mer et de tout le staff présidentiel. 

 

Le média rajoute que le jeune homme va y effectuer une sorte de stage avant de postuler à une académie militaire aux Etats-Unis. Et qu’en outre,  l’arrivée d’un second fils Bongo à la présidence gabonaise intervient au moment où l’exécutif gabonais doit composer avec des tiraillements de plus en plus nets entre l’équipe  du Coordinateur de la présidence, Noureddin Bongo et celles de la première dame, Sylvia.

 

Il n’en fallait pas plus pour susciter dans l’opinion une levée de boucliers. Sur les réseaux sociaux plusieurs voix vont dénoncer le fait que la présidence de la République soit devenue le principal employeur des enfants du couple présidentiel. 

 

Devant cette  fronde, le Palais de Libreville va à son tour réagir pour pointer une information  mensongère et diffamatoire.  Sauf que dans le communiqué publié ce jeudi 26 novembre, la présidence ne va pas donner plus d’informations sur le fond de l’affaire se contentant d’annoncer une plainte contre «  un média qui de longue date a fait du «  Gabon bashing » son fonds de  commerce ». 

 

« Des poursuites judiciaires seront désormais engagés contre toute personne auteure ou  complice de cette diffusion, au Gabon et à l’étranger, conformément aux textes en vigueur. Ce sera le cas en l’espèce. » Poursuit la présidence de la République.  L’action en justice va-t-elle freiner les publications contre un régime et une famille  de plus en plus à l’index ? Pas sûr. 

 

Ce d’autant plus, que quelques jours avant l’article d’Africa Intelligence, c’est l’Organized Crime and Corruption Reporting Project  qui rendait public, le 23 novembre dernier, une  investigation sur l’enrichissement du clan Bongo. Notamment les nombreux investissements immobiliers de la famille aux Etats-Unis.

Partagez:

1 Commentaires

Tous les ingrédients sont réunis pour leur départ. En effet quand ce genre de choses commence à sortir, c'est que le sortie n'est pas loin.


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires