IMG-LOGO
Accueil Article 17 mois d’impayés de salaire à Corail Constructions Equipements : Quand Armel Medhy plonge 150 familles dans la misère
Société

17 mois d’impayés de salaire à Corail Constructions Equipements : Quand Armel Medhy plonge 150 familles dans la misère

par BITOLI Valérie - 24 Nov 2020, 11:32 282 Vues 0 Commentaires
IMG Plusieurs familles ont décidé d'élire domicile sur le site de la société.

C’est la désolation et la tristesse qui se lisent désormais sur les visages des 150 employés que compte Corail Constructions Equipements. Les employés de cette entreprise spécialisée dans le BTP comptabilisent, aujourd’hui, dix-sept (17) mois de salaires impayés. Certains d’entre eux, virés des maisons par les bailleurs, ont décidé d’élire domicile au siège de cette entreprise située au boulevard Triomphale, en face de l’Ambassade du Liban au Gabon.

Devenue Corail Constructions Equipements, depuis quelques années, la situation de cette entreprise, surtout celle du personnel, s’est davantage dégradée. Surtout avec l’arrivée d’un sujet français au nom d’Armel Medhy. Bien qu’ayant trouvé l’entreprise en situation critique, Armel Medhy, aux dires des agents de cette entité, n’a fait qu’aggraver la situation. Du coup, le personnel, qui comptabilisait six (6) mois de salaires impayé, s’est retrouvé à dix-sept (17) mois sans salaire. « Ce monsieur n’a rien fait, pour améliorer notre situation, c’est tout le contraire, il a rendu nos vies invivables », indique un agent en colère.

Pour le personnel, Armel Médhy avait pour mission de redresser l’entreprise, mais, à la réalité, l’homme d’affaires n’a fait que procéder à la vente du matériel de l’entreprise. « Au départ, il nous a fait croire qu’il vendait, pour renouveler le parc automobile. Finalement, nous nous rendons compte qu’il n’en était rien. Il ne reste plus rien, il a tout vendu : pelles hydrauliques, grues, centrales de concassage, camions bétonnières, camions-grues, porte-chars, chargeurs, niveleuses, tout a été vendu », souligne un groupe d’agents qui campe sur le site.

Las de fausses promesses sur le paiement de leurs salaires

En juillet dernier, las des fausses promesses sur le paiement de leurs salaires, le personnel de Corail Constructions Equipements avait déclenché un mouvement de grève suivi de la séquestration du maître des lieux. Mais le tapage sur le boulevard et dans la presse n’avait pas plu, selon des sources, à la présidence de la République, qui avait invité Armel Médhy à calmer la colère du personnel. « Même au B2, où nous sommes partis, on nous a dit de ne pas faire du bruit sur les lieux ».

 

L’immeuble R+6 de la Caisse des dépôts et consignations à l’arrêt. Preuve de la descente aux enfers, les travaux de construction de l’immeuble de la Caisse des dépôts et consignations (CDC) sur le site du Boulevard sont, aujourd’hui, à l’arrêt. Si les sources proches du dossier parlent d’un détournement de plus d’un milliard de Fcfa de l’ancienne direction de la CDC, ils n’empêchent que cette interruption des travaux a, immédiatement, impacté les agents de Corail Constructions Equipements. Quoi qu’il en soit, les agents, qui ont investi les lieux avec femmes et enfants, exigent de la direction le respect de la convention signée pour la sortie de crise.

 

Parmi les points de sortie de crise figurait la question du règlement du solde de tout compte d’ici à janvier 2021. A la suite de la satisfaction de ce point, les agents s’engageaient à libérer les lieux. Sauf que la direction conduite par Armel Médhy n’a toujours pas apporté des solutions à ce point de revendication. Pire, les employés soupçonnent désormais le ressortissant français de vouloir les flouer à travers le changement de dénomination de l’entreprise et le déménagement du matériel.

Partagez:

0 Commentaires


Postez un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs marqués * sont obligatoires